TimeSplitters – Critique

Review du premier TimeSplitters

Attention, si vous préférez découvrir l’intégralité du contenu du jeu par vous-même il vous est fortement recommandé de jouer au jeu en question en entier avant de lire cette critique. Si vous souhaitez tout de même connaître les notes attribuées au jeu, vous pouvez les voir ici : Notes des critiques.

Lien vers l’article du lancement des critiques de jeux vidéos


Salut à tous ! Aujourd’hui, on va parler d’un jeu d’une excellente saga un peu trop oubliée : j’ai nommé TimeSplitters ! Une très bonne saga de FPS (First Person Shooter, soit Jeu de tir à la Première Personne) sur consoles qui a presque sombré dans l’oubli ! Et c’est là que les PCistes se disent : « Quoi !? Un bon FPS sur consoles !? Mais c’est impossible ! » Et pourtant si ! Bien que le combo clavier + souris soit le mieux possible pour du FPS, ça n’empêche pas toujours aux FPS sur consoles d’être très bon ! Allez, « It’s time to split ! »

Le début d’une excellente saga.*

TimeSplitters :

TimeSplitters ! Développé par Free Radical Design (actuellement connu sous le nom de Crytek UK) et édité par Eidos Interactive, sorti en 2000 exclusivement sur PlayStation 2. Le jeu est donc un des jeux du lancement de la console.

En parlant de la PS2, TimeSplitters fait parti de ces jeux qui ont été sur un Compact Disc et non pas sur DVD ROM comme la majorité des jeux PS2. C’était à l’époque où l’on n’avait pas encore assez confiance dans les DVD qui coûtaient également bien plus cher. Du coup, c’est nous qui subissons, car les Disques Compacts sont moins performants, et la PS2 produit un bruit de fou quand un de ces disques tourne dedans. Le pire est sur la PS2 Slim qui se met à vibrer comme un moteur quand un de ces maudits disques bleus se retrouve dedans. Ceux qui ont grandi avec la PS2 ont aussi dû constater que ces disques avaient tendance à ne plus fonctionner bien plus souvent que les disques habituels. En effet, ils sont généralement plus durs à lire pour la console.

Continuer à lire … « TimeSplitters – Critique »