Dungeon Keeper – Critique

Critique du premier Dungeon Keeper, et The Deeper Dungeons

Attention, si vous préférez découvrir l’intégralité du contenu du jeu par vous-même il vous est fortement recommandé de jouer au jeu en question en entier avant de lire cette critique. Si vous souhaitez tout de même connaître les notes attribuées au jeu, vous pouvez les voir ici : Notes des critiques.

Lien vers l’article du lancement des critiques de jeux vidéos

Note : Cette critique devait sortir pour Halloween, mais ayant été malade et débordé, elle n’a pu voir le jour que maintenant, faites donc comme si c’était encore le 31 octobre en la lisant. Je tiens également à préciser que les critiques et leurs formats plus courts disposeront à présent d’une dose d’humour très légère, afin d’avoir un peu plus de caractère, comme toujours pour l’humour noir ou simplement politique (ou concernant encore une quelconque cause, ou des croyances, etc.), rien n’est voulu comme offensant, tout n’est que plaisanterie et taquinerie. Surtout, peu importe ce que je peux dire dans ces critiques, ou n’importe quel autre article, prenez le temps de forger votre propre avis. Merci de votre patience et de votre attention, et bonne lecture !


Comme c’est bon d’être méchant ! C’est enfin la période d’Halloween ! Cette délicieuse ambiance sombre… froide… effrayante… c’est… c’est… adorable ! Encore des gamins déguisés en Spider-Man qui viennent demander des bonbons !… Cassez-vous ! J’ai pas de bonbecs pour vous ! À moins que vous aimiez la saveur arsenic, vous avez rien à faire là ! Si vous ne dégagez pas d’ici dans les six prochaines secondes, vous finirez au donjon !… Bordel, quoi ! C’est la fête des morts ! Pas celle des petits enfants !… Et pour célébrer cet événement comme il se doit, allons donc perpétrer un carnage, semons la mort !

Capture d_écran (783)
MOUHAHAHAHAHAHAAAAAA !…
Capture d_écran (811)
*bruits d’éclairs et de chauves-souris*
Capture d’écran (979).png
« Evil is good ! »

Dungeon Keeper :

Dungeon Keeper ! Un diabolique jeu vidéo de stratégie et de gestion développé par Bullfrog Productions, et publié par… soupir… Electronic Arts… Ce jeu est le dernier projet de Peter Molyneux avant qu’il ne quitte Bullfrog pour partir former Lionhead Studios ! Ce monsieur est un grand nom du jeu vidéo, et même s’il est connu pour faire des promesses bien trop ambitieuses sur ses jeux, avec quelqu’un comme lui derrière la création d’une œuvre vidéoludique, on ne peut s’attendre qu’à du bon ! Contrairement à bien d’autres jeux, Dungeon Keeper vous met du côté des méchants ! Le but est de construire un donjon souterrain et de le développer afin d’éliminer tous les héros qui oseraient se dresser sur votre chemin !

Capture d_écran (778)
Une grenouille-taureau diaboliquement géniale.

DK est sorti exclusivement sur PC en 1997, il est tout de même devenu disponible sur GOG en 2011 et est désormais trouvable gratuitement en abandonware (logiciel abandonné). Une extension nommée The Deeper Dungeons est sortie un peu plus tard en 1997, et une compilation intitulée Dungeon Keeper Gold regroupant le jeu et l’extension est sortie en 1998. Nos -détestables- « amis » d’Electronic Arts ont également sorti en 2014 sur mobile un jeu free-to-play portant le même nom, nous n’en parlerons pas en détail ici, car celui-ci n’a presque rien à voir avec le DK original, et surtout, car ce jeu n’est rien d’autre qu’une pure abomination produite à l’arrache pour se faire du fric facilement sur le nom de la franchise ! Merci EA… vous êtes les meilleurs…

Capture d’écran (795).png
Ce Troll résume parfaitement ma pensée envers EA.

Dungeon Keeper avait également été rendu disponible sur Origin (la plate-forme de vente d’Electronic Arts) en 2016, j’ignore si c’est peut-être parce que c’est exclusif à la version américaine de la boutique, mais le jeu semble avoir été retiré puisque la page n’est plus qu’une page d’erreur… après tout, il faudrait surtout pas créer de la lourde concurrence pour le jeu mobile, hein ? Et puis en découvrant le vrai jeu, les clients risqueraient de se rendre compte à quel point on les prend bel et bien pour des cons, ça serait quand même dommage… Parlons du jeu en lui-même, désormais.

Capture d’écran (776).png
Le Chevalier, un ennemi important auquel vous serez souvent confronté.

Le jeu commence sur une animation où l’on voit un Chevalier partir dans un donjon pour en éliminer ses diaboliques occupants.

Capture d_écran (782)
J’en connais un qui ne va pas rentrer dîner ce soir…
Capture d_écran (784)
-insérez un rire démoniaque ici-
Capture d_écran (785)
La cinématique regorge de détails dans ses décors.
Capture d_écran (788)
Toute la cinématique n’a pas de voix, mais les gestes des personnages sont parfaitement utilisés de sorte qu’on puisse tout comprendre.

Que ce soit par le style graphique ou par l’humour visuel, on reconnaît immédiatement la patte de Bullfrog, avec un Troll faisant un doigt d’honneur au Chevalier, ou encore la mort bien gore de ce dernier quand sa tête se fait faucher par un Grand cornu (la créature emblématique de la saga). Que ce soit par la violence ou par les petites touches d’humour, DK vous introduit très vite dans son ambiance loufoque et démoniaque.

Capture d_écran (792)
Le Chevalier approchant un Troll pour tenter de le soudoyer.
Capture d_écran (796)
Le Chevalier s’introduisant dans la Trésorerie.
Capture d_écran (800)
Des Trolls en train de se détendre…
Capture d_écran (801)
… jusqu’à ce que l’alarme retentisse.
Capture d_écran (803)
Il n’est vraiment pas prêt pour ce qui va lui arriver, lui…
Capture d_écran (804)
Le Bile Demon (Démon enragé) entrant en scène pour donner une bonne raclée au héros de pacotille.
Capture d_écran (806)
Le légendaire Horned Reaper (Grand cornu) fauchant la tête du Chevalier par surprise.
Capture d’écran (808).png
Une créature inarrêtable !
Capture d_écran (809)
Un autre Chevalier, et L’Avatar (votre ennemi principal).
Capture d_écran (814)
Cette fois-ci, c’est vous qui êtes du côté du mal !

Le menu principal apparaît ensuite, on peut notamment y choisir de jouer à la campagne, en mode multijoueur, ou de paramétrer le jeu, ou encore de regarder les meilleurs scores. En quelques rares occasions, des messages secrets peuvent apparaître en lançant DK, tous ces messages réunis ensemble forment un poème sur le thème des donjons, il y a d’ailleurs beaucoup de secrets de ce goût-là dans le jeu qui demande souvent de taper une commande précise ou de jouer à une date particulière (comme lors du jour d’anniversaire de Peter Molyneux).

Capture d_écran (815)
L’écran de chargement.
Capture d_écran (817)
Qu’attendez-vous ? Le mal ne va pas se faire tout seul !
Capture d_écran (821)
Le jeu ayant quelques soucis sur les PC récents, voici une petite astuce pour vous : si vous n’arrivez pas à descendre ou monter sur les différents écrans du menu, placez précisément votre curseur sur l’une des flèches comme sur l’image, et vous pourrez monter ou descendre en cliquant.
Capture d_écran (822)
La flèche pour monter.

Parlons de la campagne, elle est composée de vingt niveaux et de six niveaux secrets (mais malheureusement, le niveau secret numéro 5 est inaccessible à cause d’un oubli de la part des développeurs, vous ne pourrez donc y jouer qu’en trafiquant les fichiers du jeu). Entre chaque niveau, vous vous retrouvez sur la carte du monde où vous pouvez sélectionner le niveau suivant ou un niveau secret débloqué, lorsque vous complétez un niveau, la zone l’entourant tombera en ruine et deviendra maléfique, ce qui est un détail très plaisant à voir au fil de la progression.

Capture d’écran (867).png
Splendide…

Sur ce même écran, vous entendrez entre chaque mission un narrateur vous donnant des informations sur la prochaine destination, il vous dira souvent à quel point ces lieux sont pleins de bonheur, d’euphorie, de lumière, et de vie… et que vous devez donc aller tout saccager ! Vous le réentendrez sur l’écran de fin de mission, où il vous fera connaître ce que la zone est devenue à la suite de votre passage, attendez-vous évidemment à ce que le résultat final soit fait de montagnes de cadavres et de splendides rivières de sang ! Ces descriptions sont toujours très créatives, et vont à la perfection avec l’ambiance du jeu. Même les noms des niveaux contribuent à renforcer ce contraste entre bien et mal, rien que le premier niveau se nomme « Euphoria » (Eversmile dans la version anglaise, ce qui peut se traduire par « sourire pour toujours »), il ne tient donc qu’à vous de mettre fin à tous ces sourires pleins de joie de vivre et d’innocence !

Capture d’écran (827).png
Si paisible… si idyllique… il est grand temps que quelqu’un vienne semer la terreur !

Une fois un niveau choisi, la partie commence, et vous vous trouvez aux commandes de votre donjon, votre souris prend la forme d’une main maléfique que vous allez utiliser pour gérer votre sombre domaine, vous pouvez faire beaucoup de choses avec, comme sélectionner des blocs pour que vos Lutins les creusent, ramasser de l’Or au sol pour le placer vous-même dans votre Trésorerie, prendre vos créatures pour les poser ailleurs, ou encore frapper vos sbires pour les motiver… quoi ? Vous trouvez ça cruel ? C’est le but du jeu ! Et puis les créatures de ce jeu sont toujours mieux traitées que les employés d’Amazon ! Comme nous le verrons plus tard, elles sont bien payées elles au moins ! Et l’on ne les traite pas non plus comme des robots, elles !… Bon… de temps en temps, on les utilise comme chair à canon pour tâter le terrain ennemi, et -dans un autre jeu- on se sert des « moins utiles » comme de viande de secours pour le barbecue à la taverne, mais eh, il faut faire des sacrifices dans la vie !… Bon sang que je vais passer pour un psychopathe sataniste d’ici la fin de cette critique… Bref, la main maléfique vous donnera une bonne sensation de liberté et de pouvoir, tant vous aurez de contrôle en l’incarnant, ce qui est exactement ce qu’il faut pour un jeu de gestion comme celui-ci.

Capture d_écran (845)
La main portant trois Lutins. Suis-je le seul à trouver les créatures absolument adorables quand elles sont portées comme ça ?

En ce qui concerne ses graphismes, Dungeon Keeper est beau pour son temps, les décors sont en 3D et les objets et créatures sont des sprites en 2D assez pixelisés, ça aurait pu être mieux pour l’époque, mais c’est suffisamment bon pour un jeu de ce genre surtout quand on voit tout ce que le jeu a à charger en même temps tant les niveaux peuvent être grands et tant le nombre de créatures peut être élevé. Le jeu se voit en vue aérienne, vous pouvez zoomer ou dézoomer, ou tourner la caméra, tout ceci se fait en combinant la touche CTRL du clavier aux flèches directionnelles. Il sera souvent utile de changer la caméra, car il n’est pas toujours évident de voir dans Dungeon Keeper, les angles de vue sont imparfaits, et les souterrains sont sombres, le pire concerne les murs qui couvrent parfois trop la vue, mais il est possible de diminuer leur hauteur visuelle à travers une option dans les paramètres, vous pouvez ainsi choisir ce qui vous aide le mieux à y voir.

Capture d’écran (830).png
Les murs dissimuleront souvent vos créatures, ainsi que l’Or.

Il y a également une option pour baisser ou élever la qualité graphique, il faut pour cela appuyer sur les touches ALT et R, c’était surtout utilisé à l’époque pour permettre à plus de monde de jouer au jeu en le rendant moins gourmand et donc fonctionnel sur des ordinateurs plus faibles.

Capture d’écran (837).png
Voilà ce à quoi ressemble le jeu en baissant la qualité, tout devient bien plus pixelisé et les icônes sont simplifiées.

Si les décors se ressemblent presque tous (étant donné qu’il n’y a que deux thèmes de donjons), il y a tout de même eu un bon soin sur les décorations de l’environnement, avec notamment des motifs aléatoires sur les Murs, et divers objets exclusivement décoratifs apparaissant à certains endroits.

Capture d’écran (900).png
Vous pouvez voir ici des éléments décoratifs comme des tonneaux, des statues, ou des bougies.

C’est aussi sympa de voir que les tas d’Or au sol changent de forme selon la quantité d’Or dans le tas, ou selon que le tas se trouve ou non dans une Trésorerie. Les créatures en elles-mêmes sont plutôt variées en termes de design (même si quelques-unes se ressemblent, comme les Trolls et les Orques), et elles sont clairement bien designées, le Bile Demon (je préfère largement ce nom à la version française) ou le Horned Reaper (qui je ne sais pourquoi a été traduit par « Grand cornu » en français, au lieu de « Faucheur cornu ») sont un bon exemple de ça, ce dernier est d’ailleurs la créature emblématique de Dungeon Keeper et la créature la plus puissante dans le premier jeu autre que l’Avatar.

Capture d’écran (938).png
Oui, j’ai pris la peine de créer cet Antre ici pour que le Grand cornu puisse installer son trône dans un lieu digne de lui !

C’est vraiment agréable de voir tout le soin qui a été donné pour apporter une diversité visuelle suffisante et pour créer une très bonne variété d’animations, par exemple, vous débloquerez à un moment du jeu la Salle de torture, où vous pourrez bien sûr… torturer des créatures, et un bon nombre d’entre elles ont leur propre animation, et elles sont si drôles et créatives ! Le torturant prendra la pioche des Lutins pour les piquer avec, les Sorciers se feront frapper par leur propre bâton, les Magiciens se feront répétitivement transformer en grenouille, les Fées se feront balancer dans tous les sens par une lance, les Chevaliers se feront frapper par un gros marteau, etc. C’est vraiment complètement toqué ! Il y a un tel soin aux détails et à l’humour ! Il y a même quelques autres easter eggs dans le jeu, par exemple, si vous frappez un Démon enragé, il vous le rendra d’un geste offensant de deux doigts ! Ce qui est l’équivalent du doigt d’honneur dans certains pays comme le Royaume-Uni.

Capture d’écran (933).png
Des sbires en train de se faire torturer. C’est donc là où sont jetés tous les employés d’Amazon « insatisfaisants » !
Capture d’écran (1014).png
Vos sbires rendent bien votre « amour » pour eux !

Concernant le son, je dois dire que les musiques sont vraiment bonnes ! Elles sont toutes plutôt calmes, mais vraiment efficaces et de très bonne qualité, elles sont principalement jouées au clavier à orgue et contiennent quelques sons de voix démoniaques et divers bruitages (comme des gouttes d’eau qui tombent, ou des craquements), les musiques sont sinistres et donnent des frissons, le tout installe une atmosphère convenant parfaitement à l’ambiance glauque, mais aussi naturelle des souterrains, de par les effets sonores entendus dans ces musiques et le jeu en lui-même, ce qui est exactement ce qu’il fallait pour Dungeon Keeper ! Malgré le peu de thématiques différentes (seules la musique relaxante et paisible de la sélection des niveaux, et la musique bien dynamique de l’intro n’entrent pas totalement dans le même thème), les musiques savent toutes avoir leur propre caractère, et sont plutôt mémorables.

Néanmoins, il y a très peu de musiques : seulement six ! Certes, chaque piste est plutôt longue et contient assez de variété pour faire plusieurs musiques séparées, mais plus de morceaux auraient vraiment été appréciables. Que ce soit par le son ou les visuels, le jeu arrive à dégager de bonnes sensations de crainte, même si vous incarnez une entité maléfique contrôlant le donjon et que vous n’êtes pas directement présent, on s’y sent parfois vraiment ! Ce qui est vraiment efficace comme ambiance lorsqu’on explore les moindres recoins du souterrain.

Capture d’écran (878).png
« La voz del diablo… » ; « Are… you… here ?… »

En parlant de s’y sentir vraiment, vous pourrez bien souvent prendre directement le contrôle de l’une de vos créatures et voir à travers leurs yeux en vue à la première personne ! Vous avez pour cela le sort de Possession ! Vous pourrez ainsi utiliser les différentes capacités de votre créature, et la déplacer exactement comme vous le voulez.

Capture d’écran (848).png
Un Scarabée s’apprêtant à être possédé.
Capture d’écran (847).png
Un Lutin possédé. En contrôlant un Lutin, vous pourrez vous aussi creuser, ou capturer des cases en frappant dessus. Néanmoins, certaines capacités restent inaccessibles, par exemple, vous ne pourrez pas ramasser d’or ou en déposer, ni capturer des cases ou des salles ennemies, ni fortifier des murs.

Le sort marche même sur les Poulets ! Bien que dans ce cas, vous ne pouviez pas le contrôler, mais seulement voir à travers ses yeux… jusqu’à ce que vous vous fassiez dévorer par l’un de vos sbires… ou quand vous quittez le corps de vous-même.

Capture d’écran (853).png
« Cooot ! Cot ! Cot cot ! »

C’est en ces moments en vue FPS que vous pourrez voir tous les détails du décor, le plafond n’apparaît d’ailleurs qu’en mode Possession, évidemment les créatures ne sont elles pas jolies à voir comme elles apparaissent excessivement pixelisées. Un autre détail sympa est que votre vue change selon la créature contrôlée, par exemple, les Cerbères ont une vue en noir et blanc, les Vampires voient en rouge, ou les Mouches voient en hexagonal. Bien que ce soit des détails sympathiques, il y aurait dû y avoir une option pour désactiver ce genre d’effets, car c’est parfois trop encombrant pour la vue du joueur.

Capture d’écran (849).png
La vue des Scarabées.

En revanche, les voix des créatures et certains effets visuels comme sonores finissent parfois par être plus une nuisance qu’autre chose (même si c’est globalement bon), certains cris vous perceront les oreilles dès que vous les entendrez (je pense notamment aux Maîtresses, ou aux Fées et Prêtresses ayant la même voix insupportable), et des flashs lumineux (encore principalement causés par les Maîtresses… pas étonnant qu’elles soient liées à la Salle de torture, elles sont une vraie torture rien que pour les sens du joueur !) et autres effets vous piqueront bien les yeux… évitez donc de trop traîner votre caméra dans des combats intenses ou dans une Salle de torture très occupée, sinon vos yeux et vos oreilles risquent de mourir avant la fin du jeu ! Et je n’explique pas la galère quand vous jouez en Possession et que vous avez à subir ce genre de choses, ça devient parfois presque injouable !

Capture d’écran (859).png
Déjà que bien voir avec certaines créatures comme les Mouches est difficile, alors imaginez quand vous avez un million d’explosions de couleurs à l’écran, et des sons perçant vos tympans…

Comme on peut s’y attendre, vous commencez votre aventure avec fort peu de ressources et des options très limitées, vous ne pouvez construire que des salles très basiques. Vous commencez chaque partie avec deux choses essentielles : les Lutins, qui accompliront toutes les besognes dont vous les chargerez et sont les seuls pouvant étendre votre donjon ; et le Cœur du donjon qui est la clé de votre survie, s’il est détruit, vous perdez. Vous commencez bien souvent avec un petit stock d’Or qui vous permettra de construire des salles basiques et de vous en sortir le temps que vos Lutins récoltent plus d’Or, si le Cœur accueille votre stock d’Or de départ, il vous faudra une Trésorerie pour pouvoir conserver l’Or que vous trouverez au cours de la partie, d’où l’importance de l’Or de départ pour pouvoir la construire. Si vous n’avez plus assez d’Or et aucune Trésorerie, vous serez incapable d’obtenir plus de revenus, ce qui deviendra rapidement fatal.

Capture d_écran (828)
L’autel du Cœur dispose de la même apparence que les dalles de la Trésorerie afin de rappeler son rôle de stockage de départ.

Les premiers niveaux sont très tranquilles et très rapides à finir, ils sont plus comme des tutoriels très élaborés que de vrais niveaux à proprement parler. Dès le premier niveau, vous apprendrez simplement à creuser, à utiliser votre main, à construire une Trésorerie et un Antre (salle nécessaire au repos de vos créatures, ce qui leur permet de rester de bonne humeur et de récupérer lentement de leurs blessures), et à combattre les héros ennemis.

Capture d’écran (846).png
Même les nids des créatures sont tous différents !

Dès que vous sélectionnez des blocs avec votre curseur, vos Lutins iront de ce pas aller les creuser, ils captureront ensuite les cases de terre une fois qu’ils auront fini leurs tâches plus importantes (mais vous pouvez aussi leur ordonner de capturer immédiatement en attrapant un Lutin et en le posant sur une case non capturée), les Lutins ne peuvent évidemment capturer que si une case de votre donjon est adjacente à celle qui doit être capturée. Les Lutins ramasseront automatiquement de l’Or et viendront le ramener à votre Trésorerie, il est donc préférable de construire cette salle toujours près des filons de minerais (l’Or est plus long à creuser), ce qui n’est pas difficile vu son très faible prix et qu’une seule case suffit pour faire fonctionner la salle. Une fois qu’ils n’auront plus à rien à faire ou que vous placiez l’un d’entre eux auprès d’un mur, les Lutins fortifieront le mur s’il se trouve sur un côté d’une case capturée, les Murs fortifiés sont impossibles à creuser et il faut donc capturer les cases adjacentes ou utiliser le sort Destruction de mur. Les Murs rendront donc vos donjons impénétrables tant que l’ennemi ne trouve pas une brèche que vous avez pu laisser, ou obtiennent le sort pour les briser.

Capture d’écran (831).png
Une salle parfaitement protégée par des Murs.

Évidemment, les Lutins de départ ne vous suffiront pas toujours, et vous aurez sûrement envie d’accélérer un peu les choses, un sort permet justement de créer plus de Lutins, mais -aussi stupide que ça puisse paraître- les sorts coûtent de l’Or, et le prix du sort de création de Lutins coûte plus cher à chaque utilisation, il vous faudra donc déterminer le bon moment pour augmenter leur nombre.

Capture d_écran (870)
On ne peut pas refuser plus de bons employés !

Vos sbires seront attirés par un Portail, que vous aurez à atteindre et capturer (le trouver est facile puisqu’il clignote en multicolore sur la carte), des sbires commenceront à venir et ils iront s’installer dans un Antre si vous en avez construit un, ils iront d’abord chercher de quoi construire leur petit nid douillet auprès du Cœur du donjon (du moins, c’est ce que j’ai pu comprendre), mais c’est apparemment inutile puisqu’ils le construiront immédiatement si vous les posez vous-même directement dans un Antre.

Capture d_écran (931)
Un Antre bien rempli.

Faites bien attention, car certaines créatures se détestent mutuellement, par exemple, les Araignées et les Mouches tenteront de s’entre-tuer, et les Démons enragés et les Squelettes feront de même (la raison pour laquelle ceux-ci se détestent est une blague sur leur poids, puisque les Démons enragés sont gros et des goinfres tout le temps affamés, et les Squelettes sont… eh bien, des squelettes ! Et ils n’ont pas besoin de se nourrir), il faudra donc vous assurer de les garder séparées, il vaut mieux créer plusieurs Antres éloignés pour qu’elles puissent éviter de se battre entre elles jusqu’à la mort.

Capture d_écran (839)
Les Portails attireront un nombre limité de créatures. Comme chaque Portail a son propre rythme d’invocation, en avoir plusieurs vous permettra donc d’avoir un grand nombre de créatures plus rapidement.

Étant un jeu de gestion en plus d’un jeu de stratégie, DK ne vous demandera pas uniquement de rassembler assez de troupes et de structures pour terrasser vos adversaires, mais également de subvenir aux besoins de vos créatures et de les former jusqu’à ce qu’elles soient assez puissantes, sans oublier de profiter de tous les atouts que peuvent vous offrir certaines salles quand vous laissez vos sbires y travailler. Il faudra donc commencer par les nourrir, vous pouvez donc construire un Couvoir où se développeront des œufs d’où sortiront des Poulets (dans DK, l’œuf est bel et bien venu avant la poule !), Poulets qui seront la seule source de nourriture de vos créatures. De plus, toute créature se nourrissant d’un Poulet récupérera de la santé, ce que vous pouvez exploiter pour guérir vos créatures en prenant des Poulets (vous pouvez prendre un maximum de huit créatures ou objets dans votre main, ce qui est d’ailleurs une limite souvent trop gênante…) et en les posant directement sur vos sbires pour qu’ils s’en nourrissent.

Capture d’écran (852).png
« Roule ma poule ! »

Cette technique des Poulets est très efficace pour économiser de l’Or, comme le sort de Guérison peut rapidement devenir coûteux, surtout que vous aurez la possibilité de recruter des ennemis en les torturant, et qu’il faut les garder en vie jusqu’à ce qu’ils cèdent, il vaut mieux donc leur donner les Poulets en trop. Même si les Poulets apparaissent à l’infini dans le Couvoir, il leur faut du temps pour reconstituer leurs nombres, veillez donc à ce que les Couvoirs soient suffisamment grands pour satisfaire toutes vos nécessités.

Capture d_écran (937)
Torturez vos ennemis, et nourrissez-les de force pour les garder en vie jusqu’à ce qu’ils se plient à votre volonté !

Qui plus est, à partir de niveaux plus tardifs, un Couvoir suffisamment grand pourra attirer des Démons enragés par le Portail. Ces gros lourdauds vous seront très utiles, notamment pour travailler dans l’Atelier, ou pour combattre ; leur poids les rend d’ailleurs immunisés à tout effet pouvant repousser des créatures, comme le sort de vent… un sort très chiant détenu par quelques êtres comme les Prêtresses, qui n’est rien d’autre qu’une nuisance ! Puisqu’il repousse des tas de créatures -alliées comme ennemies- sur une longue distance. Que la créature utilisant la capacité soit de votre camp ou non, l’utiliser n’est rien d’autre qu’une pure perte de temps et d’efficacité !… On peut donc dire que ce pouvoir, c’est du vent !

Capture d’écran (949).png
Aller ! Du vent !

Tant qu’on y est sur les « vents », les Démons enragés ont bien du mal à contenir les leurs, et ils peuvent émettre de dangereux gaz en pétant ! Les gaz n’ont d’ailleurs aucun effet sur eux, cependant, ils utilisent différents types de gaz, et le seul dont ils disposent quand ils sont de bas niveau affecte aussi leurs alliés ! Faites donc attention à garder vos troupes loin de leurs flatulences mal contrôlées… ce n’est pas leur seul vice, car comme vous pouvez vous en doutez, ce sont de vrais gloutons ! Ils peuvent rapidement vider les Couvoirs par leur appétit, et s’ils viennent à manquer de nourriture, ils s’énerveront rapidement et passeront le plus clair de leur temps à ne rien branler dans leur Antre jusqu’à ce que de la nourriture soit disponible. S’ils sont peu gourmands sur l’argent dont ils ont besoin, ils sont le contraire exact sur les Poulets…

Capture d’écran (1013).png
Les Démons enragés sont là, et ils ne viennent pas en pet !… Paix…

Venons-en au pognon justement ! Vous êtes peut-être un seigneur du mal, et vous avez beau traiter vos employés comme de la merde, mais il faut quand même les payer ! Eh oui, même être un monstre offre un salaire, il n’y a pas de sot métier !… Et du coup, ça explique pourquoi quand on tue des monstres dans un RPG ou des jeux semblables, on trouve de l’or sur leur dépouille, et ce même quand c’est un gros troll à poil avec deux points de QI… non seulement nous les empêchons de faire leur boulot, mais on plus on pique leur paye dont ils besoin pour vivre et pour nourrir leur famille ! Quelle bande de monstres nous sommes ! La réalité éclate enfin, nous incarnions les méchants depuis le début dans le jeu vidéo, et l’on joue les gentils dans Dungeon Keeper !… Bref, il y aura de temps en temps un jour de paye, les créatures se rendront dans la Trésorerie la plus proche pour récupérer leur salaire (mais vous pouvez aussi verser directement l’Or sur elles pour leur donner leur argent). Le salaire dépend du niveau de la créature, et de son espèce… insérez une blague sur la discrimination au travail ici…

Marty : « Non, mais, ces Nains méritent pas de gros salaires, ils sont trop… »

Mortamon Y. : « Non ! »

Marty : « … Faibles ! »

Mortamon Y. : « C’est mieux !… Je crois… »

Les Lutins n’ont eux aucun besoin, on ne les paye pas, on ne les nourrit pas, et ils ne se reposent pas, c’est tout simplement car ils sont créés par votre magie, ils disparaîtront donc si le Cœur du donjon est détruit. Vous pouvez tout de même entraîner les Lutins, ce qui peut leur offrir de nouvelles capacités comme un pouvoir d’accélération, ou le pouvoir de téléportation, ce qui peut augmenter considérablement leur rapidité de travail. Malgré ça, les Lutins ne seront jamais efficaces au combat, ils fuiront donc face aux ennemis, et ne se battront que contre des Lutins ennemis (ce qui aboutit le plus souvent sur la mort des deux Lutins).

Capture d’écran (790).png
Un Lutin fuyant pendant l’introduction.

Vous aurez aussi besoin de payer pour l’entraînement de vos créatures ; assez tôt dans le jeu, vous pourrez construire une Salle d’entraînement, elle sera une salle très importante puisqu’elle est la source la plus accessible d’expérience pour vos sbires, ils y passeront beaucoup de temps pour monter de niveau, ce qui est d’autant plus difficile et coûteux pour les créatures les plus puissantes comme le Grand cornu.

Capture d’écran (876).png
Une Salle d’entraînement bien remplie, avec des Lutins en train de fortifier les murs.

Pour accélérer les entraînements (ainsi que bien d’autres tâches), trois options s’offrent à vous : premièrement, frapper vos créatures ! Même si cela leur infligera quelques dégâts et risque de les mettre de mauvaise humeur, ils travailleront plus vite ! Deuxièmement, le sort Accélération, qui accélérera les créatures sélectionnées au prix d’une petite quantité d’Or. Et troisièmement, la torture ! Torturer un sbire fera accélérer tous les membres de son espèce, et donnera un exemple aux récalcitrants, mais il ne faut pas en abuser, car trop torturer finira par non seulement trop blesser vos créatures, mais surtout par les énerver ! Ces bonus de vitesse sont cumulables, et il faudra apprendre à les utiliser aussi souvent et correctement que possible pour triompher des affrontements les plus difficiles. Ces techniques sont surtout efficaces sur les Lutins, pour qu’ils perfectionnent rapidement votre donjon et capturent du territoire sans trop de risques.

Capture d’écran (932).png
Allez ! Plus vite !

Une créature peut monter jusqu’au niveau 10, monter de niveau agrandira légèrement la créature, et lui donnera plus de capacités et de meilleures statistiques. Comme mentionné précédemment, méfiez-vous de vos réserves d’Or quand vos créatures sont trop puissantes, car elles en consomment plus que les autres lors des jours de paye, et si vous n’avez plus d’Or lors du jour de paye, vos créatures vont très vite s’énerver ! Vous pouvez au pire toujours vous débarrasser de certaines créatures en les jetant dans le trou d’un Portail, ce qui peut être utile quand vous avez trop de créatures faibles comme des Scarabées, car cela permettra d’attirer potentiellement plus de créatures intéressantes. De plus, certaines créatures peuvent dépasser le niveau 10 ce qui leur permettra d’évoluer ! Telle que les Démons inférieurs (attirés par la Salle d’entraînement) pouvant évoluer en Dragons à partir d’un certain niveau de la campagne, ou les Voleurs évoluant en Chevaliers, néanmoins, la nouvelle créature résultant de l’évolution ne sera pas au niveau 10.

Capture d_écran (823)
Les puissants Dragons, extrêmement lents, mais surpuissants, sages, durs comme l’acier, et immunisés à la Lave. Ils seront attirés par les grandes Trésoreries remplies de nombreuses richesses vers les niveaux les plus tardifs du jeu. Ils sont accrocs à l’Or, et s’énerveront très vite s’ils ne sont pas payés, ils peuvent même venir voler de l’Or dans votre Trésorerie !

Un bon nombre de sorts et de salles seront uniquement accessibles qu’une fois que vous les aurez recherchés, il y a pour cela la Bibliothèque, les sbires peuvent y faire des recherches pour débloquer lentement de nouveaux éléments pour vous, ce qui est indispensable pour ne pas rester coincé avec les moyens les plus basiques. Assignez de préférence des sbires intelligents, comme les Sorciers, les Mages, les Prêtresses, les Dragons, les Vampires, ou même les Maîtresses. Ceci accélérera rapidement les recherches et encore plus si la créature est de haut niveau, mais vous pouvez toujours utiliser des créatures de faible intellect comme les Scarabées ou les Mouches (celles-ci servent surtout d’éclaireuses… ce qui fait que leur tendance à se promener partout dans le souterrain peut les confronter facilement à des ennemis), ça peut être utile pour vite faire des recherches en début de partie ou quand vos créatures intelligentes sont trop peu nombreuses.

Capture d’écran (885).png
Attention aux Lutins passant dans la Bibliothèque, les Sorciers détestent être dérangés par ceux-ci, et jetteront des boules de feu sur eux quand ils passeront dans la salle pour les chasser.

Bien sûr, les salles ont besoin d’être assez grandes pour accueillir des travailleurs et pour être fonctionnelles, il faudra le plus souvent une taille minimale de 3×3 cases pour que la salle fonctionne, mais il faudra bien entendu des salles immenses pour que tous les sbires puissent y travailler, ce qui coûte beaucoup d’argent. Prenez donc le temps de bien déterminer les formes de vos salles pour avoir assez d’espace et pour ne pas avoir à détruire certains Murs. Une fois qu’un bloc est détruit, il ne sera pas possible de le remplacer et donc d’avoir un Mur à son emplacement. En parlant de ça, si creuser est assez simple comme il suffit de maintenir le clic gauche pour sélectionner plusieurs blocs, construire des salles demande en revanche de cliquer une fois pour chaque case, ce qui peut vite devenir chiant pour les grandes salles, et il en va de même pour la vente.

Capture d’écran (841).png
Première étape avant toutes choses : creusez la forme de la salle.

Étant donné que vous passerez une bonne partie du temps de jeu à attendre que vos troupes soient prêtes à vaincre l’ennemi, il est très bon que les développeurs aient incorporé la main maléfique et les sorts afin que vous puissiez continuer à agir plutôt que de vous tourner les pouces devant l’écran. Il faudra savoir gérer à la perfection vos créatures et votre donjon pour augmenter autant que possible la productivité et l’efficacité de l’ensemble. Le mieux est donc d’optimiser autant que possible le placement de vos salles et couloirs pour simplifier les allées venues de vos créatures ; de déplacer vos larbins vous-même avec votre main pour qu’ils satisfassent leurs besoins plus vite, et pour les mettre à leur poste de travail dès qu’ils sont libres.

Vous pouvez aussi frapper vos larbins pour les inciter à travailler plus vite, faites juste attention à ne pas trop les maltraiter, ou ils s’énerveront, et refuserons de travailler, tout sbire trop mécontent peut finir par se rebeller ou même par quitter votre donjon en retournant à un Portail. Certains sbires peuvent être particulièrement récalcitrants, notamment les Sorciers, même si c’est particulièrement rare, s’ils sont trop nombreux et expérimentés, ils peuvent mener une rébellion contre vous, vous pourrez lutter contre ça lorsque vous obtiendrez une Salle de torture, vous pourrez y placer quelque temps un Sorcier ou tout autre sbire incitant à se rebeller contre vous pour donner un exemple aux autres, ce qui peut aussi fonctionner en offrant à vos créatures désobéissantes un petit séjour dans votre Prison.

Capture d’écran (919).png
Les vacances à la Prison n’ont jamais été aussi chaudes ! Mais si les « invités » ont trop chaud, des Araignées vous appartenant peuvent toujours venir s’occuper dans la Prison en congelant ses occupants avec leur magie ! Ce qui est surtout pratique pour les garder vivants, car la faim des prisonniers fait descendre leur santé, et ce jusqu’à leur mort… ce qui vous laissera parfois de l’Or, et si la créature était humanoïde, elle se transformera en Squelette !

Le jeu offre une très bonne interface ! Elle est divisée en plusieurs sous-menus (informations, salles, sorts, constructions, et créatures), les boutons de ces menus sont très interactifs, par exemple, au lieu de ne pouvoir faire qu’un clic gauche pour sélectionner la salle que vous pouvez construire, vous pouvez aussi faire un clic droit pour que le jeu déplace la caméra sur une salle du même type si vous en avez construit une, de plus, les salles déjà construites obtiennent un contour pour que vous puissiez aisément voir ce qu’il vous reste à bâtir.

Vous pouvez directement prendre vos créatures depuis cette interface en faisant un clic gauche sur leurs chiffres ou leurs icônes (le clic droit sert toujours à la caméra), les créatures sont d’ailleurs séparées en trois colonnes correspondant à leur activité (inactivité, travail, et combat). C’est vraiment une excellente interface ! Assez simple, mais très efficace et élégante ! Dans le sous-menu informations, vous pourrez savoir quand arrivera le prochain jour de paye ainsi que le salaire exigé, la progression des recherches dans la Bibliothèque et des constructions dans L’Atelier, le nombre de salles et créatures détenues par chaque Keeper (les Gardiens).

Capture d’écran (843).png
Le menu d’informations. Vous pouvez aussi voir que l’interface affiche vos notifications sur le bord, ces notifications vous alertent d’événements importants, comme des combats, l’arrivée d’une nouvelle créature, et les messages liés au scénario du niveau.

Vous pourrez aussi activer sur ce sous-menu la fonction d’emprisonnement quand vous aurez une Prison (ce qui aura pour effet de ne pas tuer les ennemis au combat, mais de les assommer temporairement pour que vos Lutins les amènent dans la Prison la plus proche), ordonner à vos sbires de s’enfuir, ou activer le mode Question qui vous permettra d’afficher le menu d’informations de la créature sélectionnée, ce menu apparaît aussi en mode Possession.

Capture d’écran (844).png
Ce menu vous permet de connaître l’humeur de la créature, son niveau et la progression de sa barre d’expérience, son nom (généré aléatoirement), sa santé, et ses capacités ainsi que le temps nécessaire à leur recharge.

Sur l’interface, vous pouvez aussi activer un assistant défensif (la lettre C à côté de la carte), une IA qui vous aidera à construire des salles, à placer des pièges et des défenses, et à accomplir quelques autres fonctions. Personnellement, je ne le recommande pas trop, il est loin d’être utile, et peut nuire à vos stratégies puisqu’il prend des décisions de lui-même, mais j’imagine qu’il peut aider si vous êtes débutant et que vous avez du mal à gérer plusieurs choses en même temps.

Vous pouvez voir une carte du donjon sur l’interface, elle n’est au départ que très peu remplie puisque tout ce qui n’a pas été encore creusé ou capturé n’apparaît pas, les seules choses visibles perpétuellement en dehors de vos propriétés et des territoires explorés sont les minerais (l’Or et les Gemmes), les Portails (y compris ceux des ennemis), et les Blocs impénétrables qui apparaissent en noir (ces blocs sont les seuls avec lesquels vous ne pouvez pas interagir du tout, vous ne pouvez donc pas les fortifier, et ils ne peuvent pas être détruits).

Capture d’écran (829).png
Le curseur fonctionne comme une loupe sur la carte.

Vous pouvez utiliser la forme de ces éléments sur votre carte pour parfois parvenir à dénicher des secrets, vous pourrez par exemple remarquer des formes de petits tunnels dans certaines zones impénétrables, ou rarement des petits trous dans des veines d’Or dans lesquels peuvent se trouver des secrets (ce qui est surtout vrai dans l’extension, mais attention, certains secrets peuvent aussi être des pièges !).

Capture d’écran (881).png
Hmm… cet endroit est suspect…

Au bout d’un certain temps dans un niveau ou sous certaines conditions, des points blancs en mouvement apparaîtront sur certaines zones de la carte, il s’agit d’un groupe de héros en train de creuser de sorte à localiser votre donjon et à en détruire le Cœur, il faudra donc vite fortifier les murs pour empêcher aux héros de pénétrer dans votre donjon… ou si êtes fourbes et que vous en avez les moyens, préparez leur un joli « comité d’accueil » !

Capture d’écran (856).png
Des Nains en train de tenter de creuser une brèche.

Lorsque vous pourrez construire un Atelier, vous pourrez y assigner des créatures pour qu’elles construisent des pièges et des défenses pour vous. Tout comme d’autres salles, la productivité peut être augmentée avec le nombre de créatures y travaillant ainsi que leur niveau ; mais surtout, il faut y assigner des créatures aimant fabriquer si vous voulez que la production soit rapide, les Trolls ou les Démons enragés seront donc vos principaux ouvriers pour ce travail de par leur efficacité.

Ce qui est assez mal pensé est que vous ne pouvez pas vraiment choisir ce que vos larbins vont construire en priorité, ils vont simplement tenter de produire les objets dans l’ordre du moins puissant au plus puissant puis recommencerons le cycle de sorte à maintenir un nombre égal entre chaque objet, je pense qu’il aurait été bien plus efficace d’offrir au joueur la possibilité de faire ses propres commandes plutôt que de bêtement attendre la construction désirée. Les constructions peuvent être revendues tout comme les salles. Du fait que les constructions ne nécessitent aucune autre ressource que du temps, vous pouvez les revendre pour refaire le plein d’argent si nécessaire.

Capture d_écran (984)
Un couloir qui s’apprête à être très lourdement piégé.

Dès que vous placez un piège, vos Lutins prendront une caisse contenant la construction dans l’Atelier, et l’apporteront jusqu’à l’emplacement désiré. Le piège apparaît d’abord transparent quand il n’est pas encore complété, et il le redevient quand il a été complètement utilisé (le nombre d’utilisations varie selon le piège), tant que vous ne vendez pas le piège, les Lutins le rechargeront en amenant de nouvelles caisses.

Capture d_écran (899)
Un Piège à gaz toxiques. Le piège préféré d’un certain dictateur allemand moustachu !

Rarement, des caisses sont cachées dans certains niveaux (ainsi que quelques livres de sorts, certains sorts ne peuvent donc être obtenus que de cette façon dans certains niveaux), vous pouvez aussi dérober des caisses ou des livres de sorts à l’ennemi en capturant ses Ateliers et ses Bibliothèques.

Capture d’écran (886).png
Les sorts sont conservés dans les Bibliothèques, tout comme les artefacts.

Les portes que vous placez peuvent être verrouillées ou déverrouillées en cliquant dessus, ce qui peut être pratique pour empêcher vos larbins d’aller dans des endroits trop dangereux pour eux, ce qui est presque indispensable dans certaines situations où vous avez trop de choses à gérer et que vos sbires décident de jouer les explorateurs. Les portes ne peuvent être placées qu’entre deux blocs et sur une case vous appartenant, elles disposent de plusieurs variétés (bois, renforcé, fer, et magique, cette dernière est abusivement dure à casser et peut prendre des dizaines et des dizaines de coups pour la briser, surtout si vous utilisez des attaques non magiques), et sont très utiles pour protéger des points importants de votre donjon ou pour ralentir vos ennemis (ce qui peut donner des combos très mortels si vous parvenez à les piéger entre des portes avec des pièges entre elles qui s’activeront en boucle jusqu’à épuisement).

Capture d’écran (896).png
Une clé apparaît au-dessus des portes verrouillées.

Les pièges ont eux-mêmes une bonne variété (gaz empoisonnés, électrocution, Alarme [clairement le moins utile, puisqu’il est dur de ne pas remarquer les ennemis de vous-même], fosse à lave, Rocher, etc.), si les pièges sont l’un des éléments contribuant le plus à la stratégie dans Dungeon Keeper, ils sont une purge absolue dans le mode histoire… ils ne sont rien d’autre qu’une perte de temps et qu’une complication quasi inutile dans ce mode ! Des pièges sont souvent dissimulés dans des endroits à explorer et capturer (et vous ne pouvez pas les voir d’avance, car tout piège autre que les Rochers n’ayant pas été activé une fois est invisible à tous sauf à leur propriétaire).

Capture d_écran (952)
Des pièges encore non complétés.

Vous allez devoir dans certaines salles passer des minutes et des minutes à volontairement activer des pièges pour les désactiver et capturer leurs emplacements (les pièges eux-mêmes ne peuvent pas être capturés, tout comme les portes), les meilleures techniques sont soit d’utiliser un sbire très puissant et possédant son propre sort de Guérison et de le posséder pour marcher soit même sur les pièges et de se soigner de temps en temps, soit d’envoyer plusieurs Lutins, laisser un Lutin activer le piège, et profiter du petit délai de réactivation du piège pour vite placer un Lutin dessus de sorte qu’il capture la case sans mourir (ce qui fera disparaître le piège). Dans tous les cas, vous perdrez bien souvent des Lutins au cours de vos explorations…

Capture d’écran (981).png
La salle de l’enfer… il y a de nombreux artefacts, mais bonne chance pour les récupérer avec toutes les saloperies par terre !

Et le pire concerne les Rochers… ces saloperies peuvent anéantir sans aucun problème des armées entières si elles sont sur leur trajectoire… les Rochers tuent INSTANTANÉMENT les créatures qui les touchent (alliées, comme ennemies), peu importe si c’est même un Grand cornu, niveau 10, il crèvera direct ! Bonjour les pertes dans certains cas ! Encore heureux qu’il y ait parfois des artefacts de résurrection dans certains niveaux… et encore, ce n’est pas souvent suffisant pour compenser plusieurs pertes puisqu’il y en a rarement plus d’un.

Capture d_écran (925)
Tant de créatures meurent, mais vous ne pourrez bien souvent n’en ramener qu’une seule… choisissez judicieusement.

Et sur certains niveaux et surtout dans les niveaux secrets et l’extension, les développeurs se sont gavés en en mettant partout ! Et comme dans certains de ces niveaux vous aurez à posséder des créatures, vous ne pourrez pas voir les Rochers qui roulent autour de vous et qui rebondissent sur les murs qu’ils touchent, vous n’aurez que de légers bruits qui signaleront leur activation et leurs déplacements, et dans certains cas, des Rochers sont cachés derrière des portes ou des blocs, et vos créatures meurent sans que vous puissiez rien faire !

Capture d’écran (942).png
Je déteste ces pièges ! En plus, ces conneries prennent dix ans à se briser, et seuls des portes sur leur chemin ou des liquides comme l’Eau ou la Lave peuvent vraiment les endommager. La seule créature à pouvoir leur résister est l’Avatar, le boss de fin.

Bon, je ne vais pas non plus tout vous donner en détail, donc passons rapidement sur les différentes salles que nous n’avons pas abordées. Vous rencontrerez bien souvent de l’Eau ou de la Lave au cours de vos explorations, vous ne pouvez pas construire dessus, et ces liquides sont bien gênants, puisque l’Eau ralentit les déplacements, et la Lave… brûle, c’est évident. Pour pouvoir capturer de l’autre côté de ces liquides, et pour en éliminer les inconvénients, vous pourrez construire des Ponts ! Ces Ponts permettront de franchir toute zone envahie d’Eau ou de Lave très rapidement.

Capture d_écran (838)
Attention, des créatures hostiles peuvent parfois se cacher dans les zones remplies d’eau.
Capture d_écran (911)
Comme toute salle, vous ne pourrez construire des Ponts qu’à côté de cases conquises.

Concernant la Prison et la Salle de torture, je pense que vous avez déjà bien compris leur fonction, vous pouvez capturer des ennemis que vous avez mis KO après avoir activé la fonction d’emprisonnement, et vous pourrez ensuite prendre les ennemis capturés et les placer sur une table de torture. Ce qui est décevant est que la capture lors de la torture est absolument aléatoire et vous aurez donc à garder le torturé en vie jusqu’à sa conversion. Ce qui est bien est que vous pouvez recruter tous les ennemis ! Y compris l’Avatar, qui est le boss de fin. Si vous laissez des prisonniers humanoïdes périr dans la Prison, ils deviendront des Squelettes, mais vous pouvez aussi obtenir des Fantômes si vous laissez n’importe quelle créature torturée succomber à sa torture. Les Fantômes font partie des rares créatures du jeu capable de flotter dans les airs, et donc d’éviter de nombreux dangers.

Capture d’écran (950).png
Trois Grands cornus, un Chevalier, et deux Avatars… qui pourrait vous arrêter, avec ça ?

Oh, et ça tombais bien quand je disais qu’il faut faire des sacrifices dans la vie, car dans ce jeu on peut créer la vie avec des sacrifices !… SACRIFIEZ DES ÂMES POUR SATAN !… Oh pardon, j’ai été possédé par un démon l’espace d’un instant ! Je crois bien que je vais être fiché S après cette critique… S pour sataniste ! Oh ?… J’entends toquer à ma porte… excusez-moi…

Terroriste : « Jésus Akbar ! »

Mortamon Y. : « Doux Jésus ! » claque la porte « … Bordel, faut vraiment que j’arrête ces blagues inappropriées, moi… NAH ! Aujourd’hui, on joue à Dungeon Keeper ! voix démoniaque “ZEGNAM SOV SEMUGÉL TE ZEVAL-SUOV SEL TSNED SÈRPA EUQAHC SAPER !” » (Je me demande si même une seule personne sur Terre va capter cette référence…)

Terroriste : casse la porte d’une hache « “HERE’S JESUS !” »

Mortamon Y. : « Oh, putain ! »

Terroriste : « VADE RETRO SATANA ! »

Mortamon Y. : « Mais cassez-vous de chez moi ! Je ne fais que jouer un personnage pour la critique ! »

Terroriste : « Tu iras en Enfer après cette critique ! »

Mortamon Y. : « Je déteste mon boulot… »

Terroriste : « Oh, ça va, tu bosses pas chez Amazon ! »

Mortamon Y. : « C’est vrai… »

Terroriste : « Mais tu devras porter le pêché de soutenir cette plate-forme du diable quand tu publieras tes livres d’hérétique dessus ! »

Mortamon Y. : « Bah, d’un côté, c’est vrai que c’est honteux le manque de respect qu’a l’entreprise pour ses employés et qu’il faut absolument y remédier, et de l’autre ils ont un très bon service et surtout aident vraiment les écrivains avec leur excellente plate-forme d’autopublication, en France y a quand même un bon pourcentage de personnes qui écrivent… c’est pas rien… c’est vraiment le problème des employés qui est à résoudre pour qu’Amazon soit nickel… »

Terroriste : « Mais c’est pas important ! Car tu périras avant ! »

Mortamon Y. : « Ah là là… lui plante un couteau de rituel satanique dans le crâne ces extrémistes… je vous jure… »

Terroriste : agonisant au sol « Hypocrite… »

On en était où ?… Ah, oui ! Les sacrifices pour les dieux démoniaques !… Assez de blagues blasphématoires, d’humour de mauvais goût, etc., et reprenons sérieusement cette critique ! Vous pourrez construire un Temple dans lequel vous pourrez sacrifier diverses créatures (en les plaçant dans les liquides magiques au centre), ce qui pourra vous accorder divers cadeaux ou punitions si votre offrande satisfait ou non les dieux !

Capture d’écran (824).png
Prier au Temple est un bon moyen de garder vos créatures calmes, ce qui est notamment pour les Grands cornus. Les Fantômes seront ceux qui voudront le plus prier.

Il y a diverses recettes de sacrifice à découvrir (à cause d’une erreur de codage, certaines ne marchent pas), sacrifier un Lutin permettra notamment de diminuer considérablement le prix des prochains à invoquer, ce qui peut être utilisé pour invoquer beaucoup plus de Lutins, tant que votre réserve d’or peut suivre… mais le sacrifice le plus connu consiste à sacrifier un Troll, un Démon enragé, et une Maîtresse… et paf, ça fait des Chocapics !… Hein !? Mais c’est pas le bon script !… Hum ! Je disais, combiner ces créatures vous offrira la récompense ultime : un Grand cornu !

Marty : « Un grand corps nu ? »

Mortamon Y. : « Euh… on va dire un Horned Reaper, plutôt, ce sera plus simple ! »

Le niveau du Horned Reaper dépendra de la somme des niveaux des créatures sacrifiées, vu la galère que c’est d’entraîner ce démon bien costaud, je vous conseille plutôt de mettre un exemplaire des créatures de la recette de côté pour les entraîner jusqu’à ce qu’elles aient le bon niveau.

L’Horned Reaper n’est pas facile à contrôler, car celui-ci a une fâcheuse tendance à s’énerver… sur absolument tout ! Il déteste être en présence d’autres créatures, il déteste que vous le portiez avec votre main, il déteste ne rien faire, il déteste être possédé, et il déteste surtout que vous ne satisfassiez pas ses besoins ou que vous osiez le frapper ou le torturer ! Vous devez absolument le garder de bonne humeur, car s’il s’énerve pendant trop longtemps, il se retrouvera dans une rage destructrice qu’il le poussera à attaquer même ses alliés et il deviendra définitivement impossible de le calmer. Le mieux est donc de lui réserver son propre coin tranquille avec un Antre, un Couvoir, une salle de travail (Salle d’entraînement, Temple, etc.), et une Trésorerie rien que pour lui. Lorsqu’il s’énerve (vous pouvez voir rapidement les créatures énervées grâce à une notification, ou en regardant la section des créatures, la créature énervée aura sa case colorée d’une couleur plus claire), versez de l’Or directement sur lui pour le satisfaire. La technique de l’Or est d’ailleurs la meilleure façon de calmer toute créature furieuse.

Capture d_écran (948)
L’Horned Reaper, une créature qui ne faut absolument pas énerver.

L’Horned Reaper est si puissant que vous pourrez parfois même l’utiliser en mode Possession pour détruire le Cœur ennemi sans même avoir besoin de votre armée ! Mais il n’est pas invincible pour autant, et il vaudra donc mieux envoyer vos sbires l’assister.

Étant donné que vous ne pouvez donner directement d’ordres à vos créatures, vous devez utiliser le sort d’Appel aux armes pour placer un étendard qui attirera vos créatures au point sélectionné, ce sort est gratuit tant qu’il est utilisé sur votre territoire, mais votre Or diminuera progressivement si vous le placez chez l’ennemi. Ce sort sera indispensable pour prendre d’assaut vos adversaires, mais vous pouvez aussi former des groupes en mode Possession, il faut pour cela construire un Quartier général (qui attirera des Orques, qui surveilleront les Postes de garde que vous pourrez construire), de taille suffisante, et d’y placer au centre un groupe de créatures, prenez le contrôle du sbire désiré et les autres créatures vous suivront. Cependant, les créatures qui se détestent mutuellement refuseront de travailler ensemble, et les Horned Reapers refuseront de former un groupe, peu importe les créatures présentes.

Capture d_écran (901)
L’étendard. Il peut être retiré avec un clic droit sur son icône.
Capture d_écran (910)
Un Cœur ennemi pris d’assaut.

Pour finir avec les salles, il y a le Cimetière, dès que vos Lutins trouveront un cadavre, ils l’emmèneront dedans, et au bout d’un certain nombre de cadavres, un Vampire sera invoqué. Les Vampires sont d’excellents sbires intelligents capables de ressusciter avec un niveau de moins lors de leur mort (ils mourront définitivement au niveau 1, ou si un Moine les tue).

Capture d’écran (945).png
Vampirisez-les tous !

Ils seront notamment très utiles dans la dernière salle : la Salle d’enrôlement. Cette salle morbide remplie de globes oculaires géants peut voler des créatures ennemies, ce qui prend progressivement une grande quantité d’Or dans vos réserves, les créatures travaillant dans cette salle attireront surtout d’abord des créatures ennemies de leur propre espèce et de plus faibles niveaux. Faites attention, car l’ennemi peut faire pareil avec vous, et si vous vous faites voler vos Vampires, vous allez avoir beaucoup de mal à gagner… la seule façon de protéger vos créatures est de placer un exemplaire de l’une d’elles dans le Temple, la créature qui priera protégera deux représentants de son espèce ainsi qu’elle même, étant donné que les Vampires détestent prier, les perdre est encore plus facile et donc encore plus risqué…

capture-d_c3a9cran-982.png
« Join us… », « Join us… », « Come with us… »

À par ça, la salle attire des Cerbères par le Portail, ces puissants chiens infernaux très agiles urineront sur les cadavres pour accélérer leur décomposition ! Pratique pour le Cimetière ! Le Temple lui attire des Tentacules, des créatures très rares (et peu utiles du fait de leurs caractéristiques et surtout de leur lenteur, leur seul vrai avantage est leur sort de gel et leur aisance dans l’eau) qui ne sont attirées que si votre donjon a accès à de l’eau. De plus, les Tentacules ont la particularité de gagner de l’expérience en dormant près de l’eau, les Dragons et les Sorciers partagent un effet semblable, la différence est que les Dragons ont besoin de Lave, et les Sorciers ont besoin de dormir près d’un filon d’Or.

J’ai oublié de mentionner que l’or n’était pas la seule source de revenus, car vous pouvez aussi trouver des filons de gemmes ! Ces filons prennent plus de temps à miner, mais ils génèrent de l’or à l’infini ! Pour en tirer pleinement profit, il faudra s’assurer que les quatre faces du bloc de gemmes soient libres afin que vous puissiez y placer jusqu’à douze Lutins (trois de chaque côté) ! Mettez une Trésorerie autour, et c’est le jackpot !

Capture d_écran (890)
Ces Gemmes ne peuvent pas être complètement exploitées à cause des Blocs impénétrables derrière, mais il y a déjà de quoi extraire une très grande quantité de richesses rapidement !
Capture d_écran (892)
Tant d’argent ! Si brillant…

Finissons brièvement sur la campagne, lorsque vous aurez suffisamment progressé dans le niveau, vous serez souvent confronté à un Chevalier qui est le seigneur du royaume.

Capture d_écran (879)
« Beware ! The Lord of the land approaches ! »

Une fois vaincu, le niveau sera terminé, mais ce qui est bien dans DK, c’est que vous avez la possibilité de continuer à jouer autant que vous voulez ! Le niveau n’est quitté que dès que vous pressez la touche espace. Pour l’anecdote, si vous parvenez à capturer un seigneur, à la fin de certains niveaux apparaîtra un écran spécial où vous pourrez le torturer !

Capture d_écran (862)
Les Chevaliers sont d’abord suffisamment faibles pour être vaincus par vos plus faibles créatures, mais seuls les Horned Reapers pourront les surpasser sur les niveaux les plus difficiles !
Capture d_écran (863)
Le sang ressemble à du jus de tomate dans ce jeu.

Les niveaux du mode un joueur sont globalement bons, mais certains sont très difficiles et inutilement frustrants, je pense surtout au niveau 18 ! Des héros sont planqués partout dans de nombreuses cavernes, et creuser trop d’Or causera l’apparition de vagues d’ennemies dévastatrices ! Il y a tant de héros à vaincre, et ils sont tant puissants, que vous risquez d’y passer des heures et des heures si vous ne trouvez pas le bon chemin ! Et même la dernière partie du donjon est un enfer, tant il y a de pièges (et surtout des foutus rochers !) et de redoutables ennemis qui vous y attendent ! C’est vraiment dommage que la fin devienne si énervante.

Capture d’écran (944).png
Le niveau de la torture…
Capture d_écran (988)
Achevons désormais ces maudits héros…

Le dernier niveau est lui convenable, vous aurez à vaincre l’Avatar, votre ennemi principal (il y a bel et bien une histoire dans ce jeu, mais ce n’est clairement pas un aspect important du jeu et il serait donc injuste de le juger sur ça), étrangement, son sprite est le même que celui d’un personnage du jeu Ultima VIII Pagan (encore une saga ruinée par Electronic Arts…). Celui-ci est extrêmement puissant, et il faudra sûrement même plusieurs Horned Reapers pour en venir à bout. Une fois vaincu, il sera ensuite ressuscité et reviendra attaquer votre donjon avec de puissants groupes de héros à ses côtés. Fait amusant, vous pouvez le recruter en le torturant, et il sera quand même « ressuscité », et vous pourrez donc obtenir un deuxième Avatar ! Vous avez donc gagné, mais vous pouvez toujours éliminer le Gardien se trouvant au nord de la carte si vous voulez « vraiment finir le niveau dans les règles », mais attention, même avec deux Avatars, et une armée colossale, il sera dur à abattre tant il a de sbires !

Capture d_écran (951)
Achevez-le directement dans le Cœur !
Capture d_écran (953)
Victoire ! Plus rien ne se tient sur votre route !… En fait si, mais il faudra pour ça jouer à l’extension !

Une fois le niveau fini, la cinématique de fin se joue, où l’on voit l’Avatar se faire torturer, puis changé en Troll femelle !… Et vu le bras d’honneur que fait un des Trolls en guise de réaction, quelque chose me dit que ça va très mal se finir pour « l’Avatar »…

Capture d_écran (954)
Ces maudits héros ont enfin eu ce qu’ils méritaient !
Capture d_écran (955)
Des Trolls en train de festoyer.
Capture d_écran (956)
Le niveau de détail donné à toutes les parties du corps des Trolls est pour le moins dégoûtant… cet entrejambe…
Capture d_écran (959)
L’Avatar souffrant son châtiment.
Capture d_écran (960)
Un Troll trouvant un sceptre.
Capture d_écran (961)
Le Troll essayant le sceptre sur l’Avatar.
Capture d_écran (962)
Les Trolls savent bel et bien troller…
Capture d_écran (963)
Je crois qu’on peut difficilement trouver un pire châtiment…
Capture d_écran (965)
Je crois avoir parlé trop vite…
Capture d_écran (966)
Les ténèbres règnent désormais sur le monde !
Capture d_écran (969)
L’écran des statistiques à la fin de chaque niveau.

Le monde est désormais à vous ! Mais il y a aussi les niveaux secrets que vous pouvez débloquer au cours du jeu.

Capture d’écran (825).png
Trois des niveaux secrets sur la carte. L’étendard du niveau de la pleine lune apparaîtra transparent quand vous approchez de la date d’un jour de pleine lune.

Il faut pour cela des artefacts, les artefacts sont cachés dans la majorité des niveaux du jeu, et ils ont des effets variés, comme augmenter le niveau de toutes vos créatures, fortifier tous vos murs, révéler toute la carte, prendre le contrôle d’un héros ennemi, ressusciter une créature, transférer une créature au niveau suivant (pratique pour les Horned Reapers), et il y en a même un exceptionnellement rare qui multiplie par deux toutes vos créatures ! Et il y a enfin les très rares artefacts de niveaux secrets. Les artefacts sont amenés par vos lutins dans votre bibliothèque où ils pourront être activés, mais vous pouvez aussi les activer n’importe où tant qu’ils sont sur votre territoire.

Capture d’écran (929).png
Un artefact déposé dans une Bibliothèque.

Vous pourrez donc débloquer quatre niveaux secrets de cette façon, mais il y en a aussi apparaissant lorsque vous jouez lors d’un jour de pleine lune ! Vous pouvez donc modifier la date de votre machine pour choisir un jour approprié si vous ne voulez pas attendre. Ces niveaux pourront être rejoués à tout moment depuis la carte du monde contrairement aux autres niveaux, ces niveaux n’ont cependant pas grande utilité en dehors de l’amusement, et de pouvoir parfois transférer des créatures très puissantes dans d’autres niveaux, utile si vous n’arrivez pas à battre un niveau du mode un joueur.

Capture d_écran (947)
L’Horned Reaper sera souvent une récompense.

Les objectifs de ces niveaux sont très différents, ça peut par exemple consister à frapper un certain nombre de fois vos sbires, atteindre une destination précise en mode possession, ou tuer tous vos Lutins. Ces niveaux sont limités dans le temps et vous aurez donc à recommencer si vous ne parvenez pas à gagner dans le temps imparti (qui est je trouve, souvent un peu trop court).

Capture d_écran (972)
Punissez donc ces Lutins !
Capture d_écran (976)
Le plus simple pour éliminer les Lutins est de les enfermer dans une salle, d’utiliser le sort Éboulement sur eux, et de continuer à les frapper.
Capture d_écran (973)
Un des niveaux bonus.
Capture d_écran (974)
Ce niveau de Possession est très intéressant, mais demandera plusieurs essais pour vraiment éviter tous les pièges.

Certains de ces niveaux sont plus frustrants qu’autre chose, par exemple celui où vous devez contrôler un Dragon est atroce, c’est même un des pires niveaux du jeu ! Le Dragon est beaucoup trop lent, les ennemis sont trop nombreux et difficiles à tuer, le niveau est abusivement long, et la moindre erreur peut nécessiter de tout recommencer. Ce niveau vous demandera d’incarner aussi d’autres créatures comme les Démons enragés, si l’idée est bonne d’incarner des créatures et d’utiliser leurs capacités spéciales (utiliser le Dragon pour traverser la lave, le Démon enragé pour traverser les pièges à gaz, utiliser la Maîtresse pour éviter les rochers… ENCORE EUX !? J’en ai marre de ces rochers !), la difficulté elle est trop cruelle et ne pardonne absolument pas, un contact avec un rocher ou un coup de trop, et vous êtes sûr de tout recommencer ! Je n’arrive toujours pas à croire que j’ai réussi à battre ce niveau… ah, et c’est pas comme si obteniez une récompense en retour ! Non seulement vous souffrez, mais vous n’avez droit à rien pour tous vos efforts !

capture-d_c3a9cran-989.png
Un niveau prenant une éternité à compléter.

Comme mentionné précédemment, le jeu peut se jouer en multijoueur, vous pourrez donc défiez vos amis dans une guerre pour avoir le meilleur donjon dans une trentaine de niveaux différents ! Il est tout de même dommage qu’il n’y ait pas de mode escarmouche tout comme pour Command & Conquer, mais comme celui-ci, il existe une astuce pour y jouer seul contre l’IA : créez un raccourci vers l’exécutable du jeu, allez dans ses propriétés, à la fin du chemin d’accès dans la section « Cible », ajoutez un espace et ajoutez juste après « -1player » (sans les guillemets, évidemment), vous n’avez plus qu’à lancer le jeu et l’option apparaîtra dans le menu multijoueur sous le nom de « 1 joueur ».

Capture d_écran (819)
Il est à noter que cette option est directement disponible dans la version du jeu disponible gratuitement sur Abandonware France (un partenaire officiel de GOG, qui plus est).

Dans l’ensemble, Dungeon Keeper est un jeu très long et très complet pour son époque, vous serez sûr d’y passer des dizaines d’heures, et avec le multijoueur, et l’éditeur de niveaux qui était trouvable dans certaines éditions du jeu, vous pourrez très bien y passer plus de cent heures le temps de faire le tour de tout ce que DK peut offrir !

Capture d’écran (820).png
L’écran des scores est d’abord rempli par les records des développeurs, essayez donc de les battre !

The Deeper Dungeons :

Creusons plus profondément… *

Note : Comme toujours, toute image que j’ai prélevée sur Internet aura un * à la fin de sa légende.

Capture d_écran (1010)
Le menu de Deeper Dungeons.

The Deeper Dungeons ! Une extension sortie en 1997 sur PC. Ce pack d’extension ne se contente que d’ajouter 15 niveaux pour le mode campagne, et 15 niveaux pour le multijoueur. Quelques petits ajouts sont tout de même également à signaler, comme deux nouveaux thèmes de donjons, ou encore des graphismes légèrement améliorés (il suffit de regarder les modèles des créatures pour s’en rendre compte, tout est bien moins pixelisé). Aussi, les Vampires peuvent désormais être attirés dans certains niveaux en disposant simplement d’un Cimetière assez grand.

capture-d_c3a9cran-1008-e1547834684539.png
Le jeu a l’air plus propre visuellement.

Si tout ça et les maps multijoueurs sont des ajouts très sympas, il n’en est cependant du rien du contenu principal, c’est-à-dire les 15 nouvelles cartes pour le mode un joueur… vous vous souvenez de l’enfer qu’étaient certains niveaux du jeu original ?… Eh bien, reprenez ce qu’il y avait de plus chiant dans ces niveaux… ET MULTIPLIEZ LEUR DIFFICULTÉ PAR DIX ! Sérieusement ! Cette extension est si abusivement chiante et difficile ! Certes, il y a quelques niveaux sympas avec une difficulté raisonnable, dure, mais juste, et mettant au défi les capacités du joueur comme il faut… mais les trois quarts de ces niveaux sont insupportables ! Vous aurez à recharger les sauvegardes en boucle, et à essayer un milliard de techniques différentes et relevant parfois même de la triche pour y arriver !

Capture d_écran (995)
Que je hais ce niveau…

Tout ce qu’il y avait de plus frustrant dans le jeu original est condensé ici ! Des conneries de pièges qui prennent dix ans à dégager pour progresser ? Check ! Des Rochers planqués partout et qui butent des sbires précieux en un coup ? Check ! Des dizaines d’ennemis cachés qui prennent trois plombes à buter et exterminent vos sbires ? Check ! Des terrains trop encombrants et parsemés d’ennemis ? Check ! Des endroits secrets qui sont juste des pièges sans pitié ? Check ! Des créatures et objets cachés quasi indispensables abusivement difficiles à trouver ? Check ! Des parties qui s’éternisent pendant des heures à cause d’un milliard d’obstacles et des avantages abusifs donnés à l’ennemi ? Check !

Vraiment, même en étant un passionné de DK, c’est dur d’apprécier cette extension ! Tout est un tel concentré de pure frustration, et de perte de temps ! Si vous êtes un vrai professionnel du jeu, vous allez sûrement adorer certains niveaux tant certains poussent correctement le joueur à trouver ses meilleures stratégies, mais il y a tant de niveaux mal foutus et injustement punitifs entre ça que c’est dur d’en sortir satisfait ! Résumons donc ces niveaux !

Capture d’écran (1011).png
L’écran de sélection des niveaux.

-Le premier niveau : Morkadar. Oui, tous ces niveaux sont nommés après des démons, et ils peuvent être joués dans n’importe quel ordre, et vous pouvez rejouer à n’importe quel niveau terminé quand vous voulez grâce au nouvel écran de sélection. Concernant le niveau en lui-même, celui-ci est pas trop mal, certes il y a quelques pièges putassiers et le donjon du Gardien ennemi risque de s’étendre sur des kilomètres si vous n’êtes pas assez rapide, mais à par ça, ça passe, c’est un niveau assez bien. Oh, et ne vous attendez pas trop à pouvoir balayer les donjons ennemis dans cette extension en utilisant la bonne vieille technique du Grand cornu niveau 10, car vos adversaires auront une fâcheuse tendance à utiliser le sortilège Poulet qui transformera quelques instants votre démon de la mort qui tue en un pauvre petit Poulet inoffensif.

Capture d’écran (1012).png
Les niveaux de l’extension disposent eux aussi de messages vous informant de la situation.

Korros Tor, celui-là est déjà un peu moins amusant, surtout que comme bien d’autres niveaux de l’extension, vous ne pouvez pas construire de Prison ou de Cimetière, et donc vous ne pourrez pas augmenter vos forces en capturant des ennemis ou en recyclant les cadavres en Vampires. Globalement, ça va, mais comme vous pourrez le voir, vous aurez beaucoup d’ennemis dans cette extension, et le nombre de leurs créatures sera bien souvent scandaleux, et ce dès le début de la partie.

Kari-Mar… c’est LÀ que l’horreur commence vraiment ! Ce donjon est du début à la fin une chiantise pas possible ! C’est un peu comme la première fois que vous ferez le niveau 18, sauf que cette fois-ci même en connaissant le niveau c’est chiant ! Le niveau est gavé de dizaines de salles fortifiées et de cavernes remplies de héros bien trop puissants, et progresser prend donc une éternité ! Vous avez certes un sort permettant de dévoiler temporaire des zones sous brouillard de guerre, mais le sort n’est pas disponible dans tous les niveaux, et coûte comme toujours de l’argent !

Capture d_écran (914)
Et c’est chiant à utiliser… quand c’est juste pour vérifier deux ou trois zones, ça passe, mais quand c’est pour la map entière…

Le pire est qu’éliminer les héros n’est même pas l’objectif principal, puisque c’est le Gardien ennemi l’objectif, mais la map est conçue de sorte à vous faire affronter obligatoirement un nombre hallucinant de ces ennemis inutiles ! C’est lourd… mais tellement lourd !

Belbata, je crois que celui-là est mon préféré ! Il y a trois Gardiens à éliminer, mais c’est largement faisable, et il y a beaucoup de liberté en termes de stratégie à utiliser, le principal problème vient surtout du manque de créatures disponibles au début, mais dans l’ensemble c’est une map assez amusante et à la difficulté correcte.

Caddis Fell… rien que mentionner le nom de celle-là cause un syndrome de stress post-traumatique en moi… c’est à quel point ce niveau est mal conçu ! Je crois que ce niveau doit être un des pires ! Pour résumer ce cirque, si vous ne connaissez pas par avance la carte du niveau et le placement exact de ses pièges et créatures ennemies, vous allez y rester coincé pendant des heures ! En gros, vous commencerez à devoir choisir entre différents chemins pour creuser, et certains chemins sont des pièges, c’est un jeu de chance ! Vous vous retrouverez avec un tout petit donjon avec des couloirs piégés (il y a deux couloirs entre chaque salle, l’un d’eux est forcément un piège… quel niveau bien pensé, si juste, et équilibré !…), et ne tentez pas de creuser plus pour avoir plus d’espace, car sinon vous déclencherez l’apparition d’ennemis !

capture-d_c3a9cran-994.png
*PTSD triggered*

Si vous parvenez à déjà venir à bout de tout ça, sachez que ce n’est encore le début ! Il y a ensuite un grand lac de Lave autour de votre base et qui contient des Archers sur des plates-formes, dès que vous sortirez, vous vous ferez agresser par une nuée de Mouches ! Une fois que ceci est fait, il faudra vous démerder pour atteindre la base du Gardien au nord, et la base des héros au sud, sachant que plus d’une cinquantaine d’ennemis d’un niveau abusé (y compris des Grands cornus !) vous attendent ! Une astuce que j’ai trouvée permet d’éliminer le Gardien ennemi sans risquer la moindre créature (sauf au moins un Lutin que vous aurez à utiliser, sauvegardez donc pour ne pas perdre de l’argent en le remplaçant en cas de pépin), il faut d’abord placer des Ponts sur la Lave (mais vendez le premier segment du Pont et placez un Poste de garde sur la case à l’entrée de votre donjon, le Poste étant surélevé et les liquides comme l’Eau ou la Lave trop peu élevée, les créatures ne pourront passer).

Capture d’écran (930).png
Une bonne astuce pour bloquer les ennemis.

Longez tout le nord avec les Ponts (en plaçant de temps en temps un Lutin sur le bord pour faire disparaître du brouillard de guerre), et creusez un peu partout entre le nord-ouest et le nord-est, vous trouverez de nombreuses cavernes pleines à craquer d’ennemis, vous n’avez plus qu’à atteindre l’entrée du donjon ennemi au nord-ouest et à prier pour que la suite du plan se déroule comme prévu. Si vous êtes chanceux, plusieurs des ennemis que vous avez libérés entreront en contact avec les forces du Gardien, et une fois attaquées, toute l’armée de créatures libérée va franchir vos Ponts jusqu’au donjon ennemi. Si tout va bien, ils vaincront tous seuls le Gardien adverse ! Mais évidemment, il restera toujours des ennemis qui squatteront ce qui reste du donjon de l’adversaire, et vous aurez donc bien du mal à vous emparer du nord. Le mieux pour cela est d’utiliser le sort d’Invisibilité et le sort d’Accélération sur un Lutin et de le mettre rapidement sur le territoire ennemi pour qu’il le capture sans se faire repérer, il faudra renouveler fréquemment le sort, et prendre votre mal en patience, surtout que cette petite poule mouillée paniquera si vous placez le Lutin trop près d’ennemis, et il se fera donc repérer avec même l’invisibilité. Il ne vous manquera plus qu’à prendre le temps de bâtir une force assez puissante pour venir à bout du donjon ennemi au sud (et pour balayer lentement ce qui reste au nord) qui est rempli à craquer de pièges et de héros surpuissants. Il existe bien sûr des manières de speedrunner le niveau, et même de le compléter en moins de vingt minutes, mais bonne chance pour savoir comment faire ça lors de vos premières fois dans cet enfer…

Pladitz… je ne vais même pas prendre la peine de le détailler, car c’est encore un de ces niveaux où les développeurs se sont dits : « Hey ! Et si l’on mettait des tonnes d’ennemis inutiles et abusivement dangereux absolument partout ? Ça ferait un niveau génial ! » Bref, vous allez galérer à progresser avec toute l’eau qui envahit les lieux, et avec tous les héros qui traînent, bonne chance… oh, et si vous êtes assez efficace, vous pourrez gagner plus ou moins de la même façon que dans le niveau précédent en attirant les héros vers le donjon du Gardien au sud.

Abaddon… l’un des pires ! Qu’est-ce qu’on s’amuse ici ! Plus de trois quarts de la map fait partie du donjon des héros, et vous n’avez au début ni salles, ni sorts, ni pognon ! Tout doit être trouvé en explorant ! Inutile de dire que vous en aurez encore pour des heures ! Je crois que le plus stupide concerne le lac de Lave au nord-est, si vous laissez vos Lutins capturer les cases au bord, des hordes de Fées de haut niveau surgiront de nulle part et viendront vous exterminer sans le moindre problème ! Il faut donc se débrouiller pour creuser tout un détour vers le sud afin d’atteindre la forteresse au nord-est, tout en s’assurant qu’aucun Lutin ne pose ses pieds n’importe où…

Svatona. Celle-là est OK, elle est juste très longue à cause de l’abondance d’eau au centre de la carte qui complique pas mal les choses. Il y a quelques fourberies, comme des pièges et des ennemis cachés, et attaquer les donjons ennemis peut être assez difficile, mais c’est clairement un soulagement par rapport aux niveaux précédents…

Kanasko, assez difficile, vous aurez à éliminer des vagues d’ennemis arrivant assez tôt dans la partie, et à vous débrouiller pour nettoyer les centaines d’ennemis traînant dans les structures au sud ! Encore une fois, c’est plus un exercice de patience qu’autre chose.

Netzcaro, pas si mal… c’est juste long à traverser avec un lac de Lave rempli de dizaines d’ennemis séparant votre donjon de celui des héros, il faut juste bien prendre son temps de développer son donjon, d’explorer, de nettoyer une à une les « îles » remplies d’ennemis, et de s’attaquer à la forteresse des héros qui est plutôt longue et difficile de venir à bout. Ce qui est assez bizarre au début du niveau, c’est qu’un Pont étrange se trouver à l’est sur le lac de Lave, des particules vues nulle part ailleurs dans le jeu en sortent, et l’atteindre au début vous donnera la possibilité de construire des Ponts, et empêchera l’arrivée d’une armée massive d’ennemis venant de l’ouest.

Batezek… oh dieu, cette map est considérée comme l’une des plus dures et ce n’est pas pour rien, c’est sûrement la seule carte sur laquelle vous allez avoir à véritablement abuser des pièges ! La technique consiste à creuser (sans ouvrir votre donjon) de sorte à former un grand rectangle vertical (avec en plus une partie supplémentaire au sud-est, et une autre horizontale au sud-est) et à tout fortifier de sorte que l’ennemi ne puisse pas rentrer, le mieux est de garder un très long couloir vertical (de préférence à l’ouest) et de le remplir de pièges séparés par des portes, puis d’ouvrir le bout du couloir de sorte que les CENTAINES d’ennemis présents dans le niveau se jettent dedans et finissent par y périr lentement. N’hésitez pas à envoyer vos sbires les plus puissants les attaquer dans le couloir si les pièges ne suffisent pas et que vous avez une bonne occasion. L’idée aurait pu être intéressante si la quantité d’ennemis et leur puissance n’étaient pas si exagérées, et s’il ne fallait pas autant se casser la tête à attirer certains ennemis ne bougeant pas de leur coin.

capture-d_c3a9cran-999.png
« It’s a trap ! »

Benetzaron. Pas trop mal, encore un exercice de patience, vous aurez à beaucoup explorer et bien protéger votre donjon pour éliminer la quantité astronomique d’ennemis rodant dans les cavernes de ce niveau. Une fois que vous les aurez presque tous vaincus, deux vagues massives de héros viendront vous attaquer, et vous n’aurez plus qu’à vaincre le Seigneur pour l’emporter.

Daka-Gorn… basiquement Kari-Mar, mais en deux fois plus chiant ! Oui, c’est possible ! Cette fois-ci, vous serez confronté à des chemins entourés par de la Lave menant à de donjons ennemis, et bien sûr, vous trouverez les inlassables dangers ultras emmerdants habituels sur le chemin ! Et la forteresse au sud… Dieu que ça doit être une des zones les plus putassières de tout DK, il y a tant de sales pièges, et surtout ENCORE DES ROCHERS ! La prochaine fois que je vois une grosse pierre rouler, je vais devenir absolument fou !

capture-d_c3a9cran-1002.png
Êtes-vous prêt pour traverser l’enfer ?

Dixaroc, un niveau qui va vous forcer à commencer par posséder vos créatures, le niveau est sûrement le plus créatif de l’extension, mais est très difficile et long. Le but est d’éliminer un Magicien qui vous a volé vos pouvoirs magiques, avant d’aller abattre le Gardien tout au sud. Vous ne commencez avec rien d’autre qu’une pauvre Araignée, et vous allez devoir entrer dans le donjon se trouvant juste devant votre base en la possédant, évidemment, vous trouverez parmi les pièges ces bons vieux… PUTAINS DE ROCHERS DE MERDE !!!… Hum ! Pardon, excusez-moi, c’était un réflexe… éliminez les quelques ennemis qui apparaîtront, et si votre Araignée est blessée, vous pouvez toujours prendre le temps de faire le chemin inverse pour la soigner grâce aux Poulets de votre petit Couvoir. Certains ennemis seront trop puissants, et vous aurez à les ignorer pour atteindre aussi vite que possible deux Maîtresses neutres qui se joindront à vous et élimineront les ennemis grâce à leur agilité. Je ne vais pas détailler le reste, car ça sombre ensuite dans les purges habituelles composées de masses d’ennemis trop puissants et de pièges putassiers, mais globalement, c’est un niveau assez sympa. Le plus difficile doit être d’éliminer les Chevaliers à l’ouest de la map, une petite astuce consiste à les attirer sur un Pont que vous aurez construit sur la Lave et à en vendre les extrémités pour que l’ennemi se retrouve coincé sur le dernier Pont au centre, ensuite, vous n’aurez qu’à envoyer des créatures pouvant se battre à distance comme les Maîtresses pour finir le boulot.

capture-d_c3a9cran-1003-e1547834510534.png
C’est si satisfaisant de voir des niveaux pareils complètement conquis…

-Et vient enfin Belial… une map incroyablement longue et difficile qui testera toutes vos capacités. L’objectif est de vaincre l’Avatar qui a encore été ressuscité… comme quoi, vous n’en finirez jamais avec lui ! Le plus gros problème de cette carte est la vague ennemie venant de l’est à un moment, elle causera des dégâts abusifs si vous ne parvenez pas à la stopper. Le mieux est donc de se rendre à un certain point de la carte où se trouve de la Lave, et d’utiliser des Ponts et creuser puis fortifier pour bloquer leur avancée, il faut faire à peu près comme ceci :

capture-d_c3a9cran-997-e1547834470510.png
Encore une bonne grosse dose de bullshit.
capture-d_c3a9cran-998-e1547834436537.png
Voici le groupe insupportable, continuant à tourner en rond comme des cons une fois que vous les avez coincés.

Il faudra préparer l’armée la plus grande possible (si grande qu’il sera même probable que les combats du jeu bugueront une fois que vous déchaînerez toutes vos troupes), et prendre d’assaut toute la carte jusqu’à ce que vous puissiez affronter l’Avatar lui-même… honnêtement, vu tout ce que vous avez à affronter ici, et vu l’armée que vous aurez à la fin, l’Avatar est probablement le défi le plus facile dans ce niveau.

Capture d_écran (1005)
OOOH ! C’est enfin fini… ouf…
Capture d_écran (991)
L’écran de sélection de niveaux une fois qu’ils sont terminés.

The Deeper Dungeons c’est beaucoup de souffrance pour peu de plaisir… si vous êtes un fan hardcore de DK et que vous maîtrisez les stratégies les plus folles possible, cette extension est indispensable pour vous, autrement, c’est juste une torture ! Jouez uniquement au jeu original, ne vous infligez pas ça !… J’attribue donc à cette extension… la note de PlusJamais/20 !

Capture d_écran (992)
Le grand soulagement…

Versions :

Dungeon Keeper Gold est une compilation du jeu original et de The Deeper Dungeons sortie en 1998, elle comprenait également dans sa version originelle un éditeur de niveaux, et un thème pour Windows 95. C’est DK Gold qui est ressorti sur GOG en 2011, et qui est le plus facilement accessible aujourd’hui. Cette compilation est notamment disponible en abandonware, et est donc gratuite en dehors de GOG. Étrangement, la version GOG souffre de lags assez fréquents et à une sacrée tendance à tourner légèrement au ralenti. De plus, il est parfois possible que les musiques autres que celles de l’intro ne se jouent pas, il vous faudra faire quelques petites recherches si cela vous arrive (de préférence en anglais) pour pouvoir corriger tout ça. Le plus recommandé est Dungeon Keeper FX, cette amélioration modernise le jeu (dans le bon sens) et corrige de nombreux problèmes, notamment les recettes du Temple qui ne fonctionnaient pas à cause d’une erreur de codage, des nouvelles recettes ont même été ajoutées. Concernant l’éditeur de niveaux, il n’est plus disponible, et il faudra donc faire quelques recherches pour mettre la main dessus et pour savoir comment l’utiliser.

Le jeu non patché souffre de quelques autres problèmes sur les systèmes récents, par exemple un certain bug de la souris a pas mal de chances d’arriver pendant que vous jouez, quand cela arrive, le curseur va partir se coincer dans un coin, et vous ne pourrez plus le bouger correctement et donc vous ne pourrez plus jouer, en dehors des patchs, la solution face à ça est d’appuyer sur Alt et sur R et d’ouvrir le menu pause, le curseur se retrouvera coincé au centre ce qui vous permettra de sauvegarder, vous n’avez plus qu’à quitter puis à relancer le jeu afin de reprendre tranquillement là où vous en étiez.

Capture d’écran (816).png
Un bug graphique qui m’arrive à chaque fois que je lance le jeu ou son extension. Ne vous inquiétez pas si cela vous arrive, ça ne survient que sur l’écran de chargement et ça n’affecte en rien le jeu.

Parenthèse :

Quand je pense qu’EA a dû ruiner une si sublime saga en empêchant le développement de DK3, comme ces génies avaient reporté le projet à l’époque en réaffectant les équipes pour qu’elles travaillent sur les adaptations vidéoludiques d’Harry Potter et du Seigneur des Anneaux, histoire de faire un maximum de pognon facile sur des sagas ultras populaires, encore ça va, car ces jeux Harry Potter étaient sympas, mais imaginez la rage si ça avait été pour produire les jeux Harry Potter de plus en plus dégueulasses et finis à la pisse qu’on se tape depuis le jeu Harry Potter et la Coupe de Feu. Quant aux jeux Seigneur des Anneaux… vous vous souvenez quand je disais dans ma critique de Rayman que Peter Jackson avait été déçu du travail d’EA sur les adaptations de ses films ? Voilà, tout est résumé. Et maintenant que Bullfrog a coulé grâce aux nombreuses « bonnes » pratiques d’Electronic Atrocities, et que la saga reste entre leurs pattes bien sales, il n’y a plus aucun espoir de voir un jour un nouveau bon jeu portant le nom de DK (il y a tout de même eu des successeurs spirituels, dont certains sont excellents, comme War for the Overworld, celui-ci est souvent surnommé « Dungeon Keeper 3 » par la communauté).

Accordons une minute de silence à tous ces studios et leurs jeux tombés sous les coups d’EA.*

Mais comme chez EAss ils ne peuvent pas considérer d’avoir terminé leur travail tant qu’ils n’ont pas pissé sur le cadavre d’une saga (tout en faisant au passage un maximum de pognon sur le nom de leurs victimes), on a eu droit à une repompe immonde de DK une dizaine d’années plus tard dans un jeu mobile dégueulasse bourré de microtransactions… non, franchement, qui aime les microtransactions ? Quelle est même leur utilité, en dehors de soutirer des sous au joueur pour qu’il progresse plus vite, car toute la progression dans le jeu est volontairement lente ? Vous vous imaginez payer du vrai pognon pour genre accélérer l’entraînement des créatures, vous ? Ou pour faire en sorte que creuser le moindre putain de bloc de terre ne demande pas d’attendre six véritables jours ? Ou pour faire accélérer vos créatures, quand c’était gratos dans l’original ? Ou encore pour fabriquer le moindre objet sans farmer des ressources pendant quarante ans ? Laissez-moi deviner, EA, c’est pour offrir aux joueurs une « sensation de fierté et d’accomplissement » ?

225f09d61f820669f7266563c54966f6ff04ef96_hq
« The intent is to provide players with a sense of pride and accomplishment. » Manquerait plus que des loot boxes, tient !*

Pour celles et ceux qui se demandent de quoi je parle, je faisais référence à la fameuse réponse d’EA lorsque le Star Wars Battlefront II de 2017 (souillant ainsi le nom du cent fois meilleur et plus complet Star Wars Battlefront II de 2005) se mangeait de lourdes critiques négatives -parfaitement justifiées- sur le temps nécessaire pour débloquer des héros comme Luke Skywalker ou Dark Vador (ce qui peut monter dans les 40 heures de jeu !), temps volontairement abusif pour inciter le consommateur lambda qu’à pas beaucoup de temps devant lui à payer pour obtenir directement son héros tant désiré (et encore, ça, c’est s’il est chanceux sur le contenu de la loot box, c’est aléatoire !), quand il devrait l’avoir gratuitement et sans bouffer des dizaines d’heures de temps libre pour rien. Voici la réponse tant détestée :

The intent is to provide players with a sense of pride and accomplishment for unlocking different heroes.

As for cost, we selected initial values based upon data from the Open Beta and other adjustments made to milestone rewards before launch. Among other things, we’re looking at average per-player credit earn rates on a daily basis, and we’ll be making constant adjustments to ensure that players have challenges that are compelling, rewarding, and of course attainable via gameplay.

We appreciate the candid feedback, and the passion the community has put forth around the current topics here on Reddit, our forums and across numerous social media outlets.

Our team will continue to make changes and monitor community feedback and update everyone as soon and as often as we can.

Traduction : « L’intention est de fournir aux joueurs un sentiment de fierté et d’accomplissement pour débloquer différents héros.

En ce qui concerne les coûts, nous avons sélectionné les valeurs initiales en nous basant sur les données de la bêta ouverte et des autres ajustements apportés aux récompenses à étapes avant le lancement. Entre autres, nous examinons quotidiennement les crédits de gain moyens par joueurs, et nous ferons des ajustements constants pour nous assurer que les joueurs ont des défis attrayants, enrichissants et, bien sûr, accessibles en jouant.

Nous apprécions les commentaires francs et la passion que la communauté a mis en avant sur les sujets d’actualité ici sur Reddit, nos forums et de nombreux médias sociaux.

Notre équipe continuera à apporter des modifications et à surveiller les commentaires de la communauté et à informer tout le monde aussi rapidement et aussi souvent que possible. »

Félicitations, EA ! Cette réponse a battu le record du post le négativement noté sur Reddit ! C’est un vrai exploit ! Permettez-moi à présent de vous donner la VRAIE traduction ! Hop ! Je sors le traducteur de langue de bois !

Vraie traduction : « L’int€ntion €$t d€ pr€ndr€ facil€m€nt l’arg€nt d€$ CON$ommat€ur$ tout €n l€ur fai$ant di$crèt€m€nt $€ntir à qu€l point nou$ aimon$ l€$ €ncul€r profondém€nt.

€n c€ qui conc€rn€ l€ “j€u” (traduction exacte : machine à pognon), nou$ avon$ tout p€n$é pour qu€ vou$, no$ bi€n aimé$ port€f€uill€$ $ur patt€$ qui march€nt €t parl€nt, pui$€z raqu€r autant d€ pognon qu€ po$$ibl€. Nou$ continuon$ à étudi€r chaqu€ jour, comm€nt vou$ pr€ndr€ toujour$ plu$ $al€m€nt votr€ préci€ux arg€nt $i dur€m€nt gagné, €t ain$i, trouv€r toujour$ plu$ d€ façon$ d€ vou$ pr€ndr€ pour d€$ con$, car vou$ n’êt€$ ri€n d’autr€ qu€ d€$ $ourc€$ d€ fric à nos ¥€ux.

Nou$ aimon$ tant votr€ délici€ux arg€nt, €t nou$ €n voulon$ toujour$ plu$, car c’€$t notr€ plu$ grand€ pa$$ion, d€ $€ fair€ autant de $ou$ qu€ po$$ibl€ €n nou$ torchant av€c VO$ pa$$ion$, €t $ur l€$ €ffort$ d€ no$ €mplo¥é$ (traduction exacte : esclaves) d€vant accomplir d€$ obj€ctif$ d€ v€nt€$ €xagéré$, €t d€vant donc ruin€r l€ur o€uvr€ autant qu€ néc€$$air€ pour no$ intérêt$.

Pa¥€z $an$ di$cut€r, €t convainqu€z tou$ l€$ râl€ur$ €t récalcitrants qu€ l€ur critiqu€$ $ont inacc€ptabl€$, car €ll€$ diminu€nt no$ bénéfic€$. Votr€ arg€nt €t vo$ pa$$ion$ $ont à nou$. All€z vou$ fair€ €ncul€r, lol ! -Cordial€m€nt, l€ PDG trè$ pa$$ionné d’€letroNIQUE A$$€$. $$$$$$$$$$$$$$$$$$$ »

Pas mal, hein ? Même qu’en l’utilisant sur un certain président de la République, vous obtiendrez des résultats semblables !… Comment ? Où pouvez-vous acheter ce fantastique traducteur, me demandez-vous ? Ah, pour ça, « il suffit de traverser la rue » ! Comme pour trouver du travail ! Hein, bande de « fainéants, de cyniques, et d’extrêmes » !

Que c’est dommage d’avoir des pratiques pareilles, le nouveau Battlefront avait du potentiel ! Et il a fallu que le Battlefront III originellement prévu soit remplacé par ça, un jeu très beau en apparence, mais extrêmement laid à l’intérieur de par ses pratiques, ce n’est qu’un bel emballage pour attirer les consommateurs dans la camionnette blanche… tout de même, je ne vous en voudrais pas si vous possédez le jeu, et que vous l’avez apprécié, je ne suis en rien en position de juger vos goûts et de vous dire ce que vous devez acheter, je ne fais que de donner mon propre ressenti.

Marty : « Oh, ça va, arrêtes de faire des excuses pour les flocons de neige fragiles qui vont se sentir offensés parce qu’un avis va pas dans leur sens ! »

Mortamon Y. : « Tais-toi, et retourne dans ta boîte, toi ! »

Marty : « Et toi, retournes finir cette putain de suite à mon aventure, branleur de gaucher ! »

Mortamon Y. : « Quand tu apprendras le respect et les bonnes manières ! Oh… c’est vrai que ça n’arrivera jamais… ce Chapitre 3 va donc finir comme Half-Life 3 !… Bref… »

Et dans DK mobile comme bien d’autres de « leurs » jeux, ils ont fait les mêmes types d’escroqueries !… C’est ridicule ! Pourquoi aller pour ce jeu, quand vous avez la même chose, mais en un milliard de fois mieux ? Juste parce que c’est « gratuit » ? Sauf que non seulement l’original est en abandonware et donc trouvable gratuitement avec son extension et toutes ses fonctionnalités (il suffit d’un peu de bidouillage pour faire fonctionner les musiques dans certains cas), mais en plus le DK original même payant revient finalement bien moins cher sur le long terme que son équivalent free-to-play, et vous n’avez pas à souffrir d’une expérience constamment pénible parce que tonton EA vous demande des sous toutes les deux minutes pour la moindre foutue action ; vous achetez le premier DK et c’est fini, plus rien à payer. Pour résumer, le DK mobile n’est pas « gratuit à jouer », mais « gratuit à attendre », car c’est tout ce que vous ferez si vous ne sortez pas régulièrement la carte bleue.

Et pour pas que les notes sur mobile n’en prennent un coup, ces petits malins ont eu l’idée de génie de tricher en tentant de forcer les joueurs à leur donner 5 étoiles, lorsque l’option pour noter le jeu devient disponible, le « jeu » vous propose de choisir entre deux options qui sont : « 1-4 étoiles » ou « 5 étoiles », choisir « 5 étoiles » vous amènera dans la boutique de votre mobile pour que vous puissiez donner votre note, et choisir l’autre option ouvrira à la place une fenêtre vous donnant deux nouveaux choix qui sont : « nous envoyer un e-mail » et « pas maintenant », sous prétexte « qu’ils voudraient savoir ce qui serait nécessaire pour que le jeu mérite la note maximale », bien entendu, toute personne assez familiarisée avec les « merveilleuses » pratiques de cette boîte comprendra que ce n’est que du pipeau et une excuse pour inciter le joueur à mettre 5 étoiles, la seule solution pour donner une note inférieure est donc de mentir en choisissant l’option « 5 étoiles » et de mettre la note inférieure directement sur la boutique de votre mobile. Comme si ça ne suffisait pas, le message demandant de noter le jeu précise ceci : « Les notes de 5 étoiles nous aident à fournir des mises à jour gratuites ! », et aller, faisons du chantage, en plus ! Et bien sûr, on vous croit sur parole, EA, j’ai hâte de voir tous les contenus « gratuits » de ces mises à jour qui ne doivent en AUCUN CAS inciter à acheter de nouveaux contenus payants comme dans Plants VS. Zombies 2 ! Pff, bien sûr que non ! Qui pourrait être assez cupide pour faire ça ? Ha ! Ha ! Ha !… C’était du sarcasme.

Sans parler de tout le blabla bidon habituel qu’ils nous sortent pour justifier ça :

« We’re always looking at new ways to gather player feedback so that we can continue to improve our games. The ‘rate this app’ feature in the Google Play version of Dungeon Keeper was designed to help us collect valuable feedback from players who don’t feel the game is worth a top rating. We wanted to make it easier for more players to send us feedback directly from the game if they weren’t having the best experience. Players can always continue to leave any rating they want on the Google Play Store. »

Traduction : « Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles façons de recueillir les commentaires des joueurs afin de pouvoir continuer à améliorer nos jeux. La fonctionnalité “noter cette application” de la version Google Play de Dungeon Keeper a été conçue pour nous aider à recueillir des commentaires précieux des joueurs qui ne pensent pas que le jeu mérite la meilleure note. Nous voulions qu’il soit plus facile pour plus de joueurs de nous envoyer des retours directement depuis le jeu s’ils n’ont pas la meilleure expérience qui soit. Les joueurs peuvent toujours laisser toute note qu’ils souhaitent sur le Google Play Store. »

Avec un tel don pour le mensonge, et leur habituelle si grande maîtrise de la langue de bois, chez EA, ils devraient se reconvertir dans la politique ! Ils feraient un carton !

Capture d_écran (927)
Image inédite en direct du quartier général d’EA, vous pouvez voir dans le coin en haut à droite tout l’argent gagné salement, en bas se trouve la salle de torture des employés récalcitrants n’accomplissant pas les objectifs de ventes irréalisables, et en haut à gauche la prison où sont enfermés tous les jeux pris de force aux studios achetés.

Et puis, puisqu’ils semblent tenir tant que ça à savoir comment rendre le jeu suffisamment bon pour avoir 5 étoiles, eh bien, laissez-moi vous éclairer, EA, vous verrez c’est très facile, tendez bien l’oreille… : VIREZ TOUTES LES PUTAINS DE MICRO-TRANSACTIONS DE MERDE ET ARRÊTER DE VOUS TORCHER LE CUL AVEC DUNGEON KEEPER EN Y INCORPORANT LES PIRES PRATIQUES DU JEU VIDÉO ! Bordel ! Je comprends parfaitement qu’une entreprise ait besoin de se faire de l’argent (c’est même le but), mais se faire de l’argent avec des manières aussi sales est simplement inacceptable ! Il n’y a aucun respect pour les clients ! Et encore, là c’est doux par rapport aux pratiques qu’ils ont parfois ailleurs (tousse loot boxes tousse) ! Il aurait suffi de porter le DK original sur mobile tout en le rendant proprement jouable dessus, ou d’en faire une adaptation mobile digne de ce nom, et ça aurait bien marché ! C’est vraiment le modèle free-to-play qui a ruiné ce jeu ! Et encore, je ne parle pas de toutes les autres conneries qu’ils ont faites, comme la direction artistique dégueulasse qui transforme DK en DK édition Dora l’Exploratrice… sinon il me faudrait une autre critique pour ça, et cet étron ne mérite même pas que je lui accorde une critique complète, je vais donc condenser mon évaluation de ce jeu en une seule image :

Fuck You DK's EA.png
Un message de paix et d’amour de la part des passionnés de Dungeon Keeper.

Vous avez de la chance que je ne travaille pas pour EA, sinon tous mes articles comporteraient au moins un bouton « Payez 5 € pour afficher la suite du texte ». Malheureusement, on dirait bien qu’ils ont pris trop littéralement la devise « C’est bon d’être mauvais »… Bref, autant jouer directement au jeu original, et si c’est juste les graphismes qui vous rebutent comme s’ils sont très âgés, jouez plutôt à War for the Overworld, le jeu vaut vraiment le coup depuis qu’il a reçu toutes ses mises à jour, il y a des DLCs payants, mais ils sont plutôt honnêtes au niveau de ce qu’ils proposent, de plus, 100 % de l’argent donné pour le contenu téléchargeable The Cynical Imp sera redonné à la charité, ça, c’est sympa ! WFTO est très probablement le meilleur équivalent moderne de DK et vaut réellement le détour.

Capture d_écran (1018)
Une escarmouche dans WFTO. Le thème de donjon utilisé est le thème Fondateurs, pouvant uniquement être obtenu dans le bundle le plus cher du DLC de charité. Ce thème pouvait être à l’origine obtenu en atteignant le niveau de Fondateur en soutenant la campagne Kickstarter du jeu.

Si vous possédez WTFO sur Steam, vous pouvez même télécharger les quelques niveaux que j’ai créés jusqu’ici dans le jeu :

Dungeons War

Dungeons War.jpg
Dungeons War, une map dressant quatre Underlords aux thématiques et forces et faiblesses différentes les uns contre les autres. La première faction est celle des morts-vivants, se focalisant sur leur nombre et la variété de leurs options stratégiques. Viennent ensuite les créatures souterraines, focalisées sur la défense et la construction. La troisième faction est celle des bêtes démoniaques, se focalisant sur la force brute et les attaques-surprises. Enfin viennent les êtres d’or, se focalisant sur leurs ressources et le maintien de leurs troupes. Quel camp choisirez-vous ?

Sanguine Castle

Sanguine Castle
Sanguine Castle vous charge de capturer un château fait de chair et de sang, et d’en tirer tout le potentiel pour vaincre les forces ennemies. De nombreux secrets sont dissimulés sur la carte, et peuvent grandement aider à la victoire.

Blood Castle

Blood Castle.jpg
Blood Castle, ma toute première carte créée dans le jeu, et la version originale du Sanguine Castle, elle est donc moins développée, et ne dispose pas des contenus ajoutés dans les mises à jour les plus récentes, de ce fait, le thème Chair n’est même pas utilisé.

Fin de la parenthèse, finissons-en avec le sujet principal !


Accessibilité :

Le jeu étant désormais un freeware, vous pouvez l’obtenir gratuitement avec son extension ! Mais si vous êtes du genre paranoïaque sur la légalité de la chose (et je peux parfaitement comprendre ça), vous pouvez toujours acheter le jeu sur GOG !

Dungeon Keeper Gold : Meilleure version et meilleure accessibilité. Fournie gratuitement avec un mode 1 joueur pour le multi sur Abandonware : Obtenir DK Gold gratuitement sur Abandonware France (Note : Cliquez sur Version automatique pour installer rapidement le jeu et sans avoir à émuler le CD. Jeu en français). Peut également être acheté en version anglaise sur GOG : Dungeon Keeper sur GOG.

Dungeon Keeper : Le jeu original sur PC.

The Deeper Dungeons : Extension de Dungeon Keeper. Nécessite le jeu original pour fonctionner.

La jaquette PC.*

Oh, et si je vous vois aller télécharger le jeu mobile juste sous prétexte qu’il est gratuit et portable, je jure que je vous retrouverais, et que je vous ferai avaler de force des mouches et des scarabées encore vivants et prêts à pondre des œufs (je plaisante bien sûr, faites ce que vous voulez, je ne suis pas un de ces extrémistes voulant vous couper la gorge pour avoir une opinion ou avoir pris des décisions allant contre leur sens, je ne fais ça que pour ajouter un peu d’humour noir à la critique, faites ce qui vous plaît, le but n’est pas d’imposer mon avis, mais de l’exprimer). De toute façon, le DK mobile est tellement infect que vous voudrez sûrement le désinstaller très vite. Évitez-le. Croyez-moi. C’est pour votre bien. Et pour le bien de toute l’industrie du jeu vidéo par la même occasion. Je vous aurais prévenus…


Verdict :

Un excellent jeu ! Tant bien sur l’aspect gestion, que sur l’aspect stratégique ! Dungeon Keeper est plus ou moins le fondateur du sous-genre du dungeon management, dont il est encore aujourd’hui considéré comme le meilleur par de nombreux joueurs. Si DK est mort, il a laissé un bel héritage derrière lui ! De nombreux jeux s’en sont inspirés, tels que Ghost Master, Evil Genius, la saga des Dungeons, et bien évidemment War for the Overworld. Le moteur du jeu a même été une des inspirations derrière la création de Minecraft ! Parmi des jeux aux concepts assez semblables, on peut aussi trouver la saga Overlord, rien que par le fait qu’elle nous fait jouer du côté du mal (ce qui me fait penser qu’on attend aussi Overlord III…). Dungeon Keeper a clairement beaucoup apporté, et a su imposer son propre concept original, le jeu reste encore aujourd’hui un excellent classique encore très amusant à jouer, il y a tout de même des défauts, avec une difficulté bien imparfaite, quelques contrôles et idées un peu mal pensés, et bien sûr les graphismes sont bien dépassés, mais le jeu demeure une vraie pépite pour son genre, brillant tant par sa durabilité (étendue qui plus est par son extension), ses très nombreuses possibilités stratégiques, son gameplay, et toute la liberté qu’il accorde à ses joueurs. C’est un véritable coup de maître dès le premier opus, aujourd’hui encore, bien des joueurs attendent de voir un jeu qui sera capable de surpasser le premier DK, le jeu aura su imposer sa domination de son propre genre pendant de nombreuses années, s’il est incertain que Dungeon Keeper se fera un jour détrôner, il est sûr qu’il continuera à inspirer de nouvelles œuvres vidéoludiques. EA ont peut-être réussis à tuer Dungeon Keeper, mais ils ne pourront jamais tuer cette passion de la création qu’à laissé ce jeu derrière lui.

Capture d’écran (777).png
« Le Mal finit toujours par trouver sa voie !… »

Dungeon Keeper :

Graphismes : 16,5 / 20

Bande sonore : 15,75 / 20

Scénario : /

Durée de vie : 16 / 20

Gameplay : 18 / 20

Total : 17,5 / 20

 

The Deeper Dungeons :

Graphismes : 16,75 / 20

Bande sonore : 15,75 / 20

Scénario : /

Durée de vie : 15,5 / 20

Gameplay : 16 / 20

Total : 15,75 / 20

 

Dungeon Keeper Gold :

Graphismes : 16,75 / 20

Bande sonore : 15,75 / 20

Scénario : /

Durée de vie : 18 / 20

Gameplay : 18 / 20

Total : 18 / 20

 

Voilà ! Et à partir de présent, je vais laisser un sondage dans les critiques pour que vous puissiez donner rapidement votre propre avis sur le jeu ! Plus le choix est positionné vers le haut, et plus il est positif ; et plus un choix est vers le bas, et plus il est négatif. Vous pouvez également évaluer plus de critères du jeu ou d’autres jeux critiqués, répondre à d’autres sondages, ou encore évaluer rapidement mes créations sur la nouvelle page Sondages et évaluations.

Oh, et vous savez quoi ? Je vais ajouter une nouvelle contrepartie spéciale sur Tipeee, si vous l’achetez, vous obtiendrez « un sentiment de fierté et d’accomplissement » ! Et d’ailleurs, si vous voulez les prochains articles, vous n’aurez qu’à soit payer, soit prendre une centaine d’heures pour les écrire vous-même ! Vous le sentez le bon gros « sense of pride and accomplishment » ? Puis dans dix ans, je ressortirai ce même article sur un autre blog, mais en cent fois moins bien, et en rendant la lecture de chaque ligne payante ! Chaque section de l’article se chargera au bout d’une semaine, mais vous pourrez accélérer le processus en prenant quelques microtransactions ! Même que j’ajouterai des loot boxes avec un article au hasard dedans, mais attention, il est possible d’obtenir des articles que vous avez déjà ! Elle n’est pas belle la vie à la Electronic Arts ?… Là, ce serait vraiment machiavélique ! Si démoniaque !

Capture d’écran (893).png
« MONEY ! MONEY ! MONEY ! »

Je plaisante ! J’espère que vous avez apprécié cette critique de ce bon vieux produit du démon (ce qui ici est un compliment !). Et désolé du retard, j’ai eu quelques bons gros contretemps ces derniers temps ! Merci d’avoir lu, et à très bientôt pour les prochains articles !

Capture d_écran (970)
Tant de chaos… tant de désolation… c’est délicieux !

Fille inconnue de petite taille : « OK, cool, tu as “conquis le monde” ! Bien joué, le fainéant derrière son écran d’ordinateur ! Et sinon, c’est quand que j’aurai ma propre série ? Tu sais… c’est le 13 ! »

Mortamon Y. : « Patience… il va falloir du temps pour tout mettre en place… peut-être même des années !… Il y a d’abord d’autres priorités à terminer… »

Fille : « Bien sûr ! Et en attendant, l’autre face de Playmobil a eu sa propre série “en priorité” ! Un putain de jouet ! Tu crois pas que tu te fous un peu de ma gueule, le branleur qui passe toute sa vie derrière un bureau !? »

Mortamon Y. : « Si tu crois que je ne suis pas moi-même pressé de te donner ton propre univers ! Fais-moi confiance, petite diablesse, même ces jouets ont plus d’utilité que ce que tu ne peux croire… »

Fille : « C’est ça… Oh ? Que sont ces papiers ? J’imagine que ça ne dérangerait personne si je me mettais à jouer avec, et disons… à les déchirer, puisque “ce ne sont pas des priorités” ! »

Mortamon Y. : « Non ! Ne touche pas à ça ! Arrête immédiatement ! »

Fille : « Oups ! Mes doigts commencent tout seuls à faire des choses ! Je ne peux pas les contrôler, comme c’est bizarre ! »

Mortamon Y. : « Ne m’oblige pas à me lever ! »

Fille : « Ça serait une première ! »

Mortamon Y. : « Je suis sérieux ! Pose ça tout de suite ! »

Fille : « Oh ? On dirait que le papier commence à se couper comme par magie… Oh ! Mes doigts ont glissé ! »

Mortamon Y. : « ESPÈCE DE SALE PETITE !!!… »

-Difficultés techniques, nous vous prions de patienter-*

Voilà… c’est réglé… ils vont s’amuser dans la Salle de torture, ce soir… dieu sait si ce sera même suffisant pour cette petite démone…

Ah, et n’oubliez pas de mettre 5 étoiles, « sinon je ne pourrais pas vous fournir des mises à jour gratuites pour les articles » ! :p

Suite de cette critique : Dungeon Keeper 2 – Mini-Critique.

Auteur : Mortamon Y.

Écrivain à l’imagination débordante, passionné de jeux vidéos, et prêtre de la Sainte Prune. Quand je ne suis pas occupé par mes romans, je crée principalement des fictions, des critiques, des anecdotes et des articles wikis autour de mes créations, des annonces concernant mon actualité, et divers autres contenus. Si vous le voulez bien, passez donc un agréable séjour dans mes multiples mondes imaginaires...

19 réflexions sur « Dungeon Keeper – Critique »

  1. Enfin l’arrivée d’une review que j’attendais impatiemment ! En tout cas tu m’as fait découvrir un jeu que je ne connaissais pas . Voilà un type de jeu de stratégie que j’aurais apprécier. Encore une fois merci pour toutes tes anecdotes et informations autour de Dungeon Keeper 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Super article, bravo. J’aimerai bien avoir la version gold de ce jeu en big box 😉
    Donc KeeperFX, c’est un peu comme Corsix pour Theme Hospital ? Il y a des nouvelles maps fan-made disponibles ?

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour le commentaire ! 🙂
      C’est vrai que les bonnes vieilles big box sur PC font rêver, ça me plairais aussi de m’en trouver une pour DK Gold 🙂

      Je ne connaissais pas Corsix pour Theme Hospital, mais on dirait que c’est un peu dans le même esprit ! Je n’ai pas encore essayé KeeperFX non plus, mais de ce que j’ai compris, il fonctionne essentiellement comme un patch qui corrige de nombreux bugs du jeu et l’aide à être mieux compatible avec les systèmes récents et les créations fanmade (maps, etc.). Je n’ai pas trop creusé dans les créations de la communauté, mais j’ai pu voir qu’il existait un bon nombre de maps et de campagnes fanmade un peu partout.

      Si ça vous intéresse et que vous ne l’avez pas déjà vue, j’ai également fait une critique sur Dungeon Keeper 2 (https://mortamonyapi.com/2018/11/24/dungeon-keeper-2-mini-critique/), et une nouvelle petite critique sur le DK mobile -tant détesté- sortira dans quelques temps !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.